D'un naturel plus réservé, Romain Grosjean est tout aussi décidé à enfoncer les portes de la F1. Jusqu'ici, le Genevois a traversé le sport automobile tel un météore, remportant pratiquement tous les championnats auxquels il a participé, du karting au GP2 Asie en passant par la Formule 3 Euroseries et la Formule Lista.

Un palmarès qui en dit long sur le talent naturel de Romain Grosjean, considéré comme l'un des meilleurs pilotes de sa génération. S'il a décidé de conserver un emploi à mi-temps dans une banque de la place genevoise, afin de garder le contact avec la «vraie vie», le jeune homme n'en consacre pas moins toute son énergie au sport automobile: en sortant des bureaux où il travaille chaque matin, il se précipite vers un terrain de sport où son entraîneur personnel développe son physique, à l'aide d'un programme adapté aux contraintes du pilotage.

Entièrement centré sur son avenir de pilote, Romain Grosjean se dit prêt au grand saut, celui de la Formule 1. Cette année, tout en disputant la saison de GP2 - qu'il a terminée à la quatrième place du championnat -, le Genevois a effectué plusieurs essais sur la Renault, écurie dont il est l'un des essayeurs.

Romain Grosjean est né en Suisse et y a toujours vécu, mais son principal atout en F1 est sans doute le passeport français qu'il doit à sa mère, et qu'il n'hésite pas à revendiquer. Ce passeport lui vaut d'appartenir au «Renault Driver Development», un programme d'aide aux jeunes pilotes.

Au sein de l'écurie française, on espère bien conserver les services de Fernando Alonso - le renouvellement du contrat de Nick Heidfeld chez BMW, lundi, ainsi que la victoire de l'Espagnol à Singapour devraient y contribuer.

A ses côtés, les dirigeants semblent décidés à remercier Nelsinho Piquet, particulièrement décevant. C'est la grande chance de Romain Grosjean, qui semble le mieux placé pour décrocher le volant de la deuxième Renault. Mais pour y parvenir, le Genevois devra brûler la politesse à Luca di Grassi, lui aussi membre du RDD, et mieux classé que le Suisse au championnat GP2.

Carlos Ghosn, le PDG de Renault, semble insister pour aligner un pilote français. Romain Grosjean semble donc tenir la corde, à moins que Sébastien Bourdais, s'il était écarté de l'écurie Toro Rosso, ne manifeste son intérêt pour Renault.

Au niveau du pilotage, Romain Grosjean s'avère un attaquant-né. C'est lui qui fut l'auteur du plus grand nombre de dépassements et d'attaques tout au long de la saison de GP2. Excellent au moment du départ, il parvient souvent à atomiser ses adversaires avant le premier virage.

A l'inverse, il semble parfois manquer de confiance en lui sous la pression - à témoin son départ raté, à Budapest, alors qu'il partait de la pole position.

S'il parvient à se hisser en Formule 1, Romain Grosjean devra affronter des attentes bien supérieures, devant les caméras du monde entier. Reste que depuis Alain Prost il y a trente ans, aucun pilote courant sous licence française n'a réussi un parcours aussi brillant. Romain Grosjean va désormais tenter de rester dans les traces du quadruple champion du monde.

-Carte d'identité:

Né: le 17 avril 1986, à Genève.

Etat civil: célibataire.

Domicile: Genève.

Taille: 1,80 m.

Poids: 72 kilos.

Situation: championnat GP2, quatrième au classement final. Deuxième pilote d'essais de Renault. Employé à mi-temps dans une banque genevoise.