Avant que le départ ne soit donné, quatorze des vingt pilotes du Grand Prix d'Autriche de Formule 1 ont posé un genou à terre en signe de soutien à la lutte contre le racisme, ce dimanche en milieu d'après-midi. Le Britannique Lewis Hamilton portait un T-shirt Black Lives Matter, tandis que les autres étaient vêtus de hauts frappés des mots «end racism» (en finir avec le racisme).

Des comportements plus que des gestes formels

Le choix avait été laissé aux pilotes d'exprimer à leur manière leur engagement. Aussi, plusieurs d'entre eux sont restés debout, à l'instar du Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) qui s'en expliquait sur Instagram:

«Je crois que l’important sont les faits et les comportements quotidiens plus que des gestes formels qui pourraient être perçus comme controversés dans certains pays. Je ne poserai pas le genou à terre mais cela ne veut pas du tout dire que je suis moins engagé que les autres dans la lutte contre le racisme.»

Par le biais de Twitter, le Néerlandais Max Verstappen abondait: «Je pense que tout le monde a le droit de s’exprimer quand et de la manière qu’il souhaite. Je ne mettrai pas le genou à terre mais je respecte et soutiens les choix personnels de chaque pilote.»

Mercedes à livrée noire et actions sportives

Incités par Lewis Hamilton, plusieurs pilotes et écuries, ainsi que la F1 et la Fédération internationale de l'automobile (FIA), se sont positionnés contre le racisme suite à la mort de George Floyd aux mains de policiers aux Etats-Unis fin mai.

Lire aussi:  Le sport en soutien à Georges Floyd

Les Mercedes arborent cette saison une livrée noire en guise de soutien au mouvement Black Lives Matter et à la lutte contre le racisme. Le paddock et les monoplaces sont, eux, ornés ce week-end d'arcs-en-ciel en hommage aux luttes antiracistes, mais aussi contre le Covid-19. Le promoteur de la F1 a également mis en place une action pour accroître la diversité dans le sport, très blanc et très masculin, à laquelle la FIA a annoncé contribuer financièrement dimanche.