Cinquièmes samedi avec un retard déjà conséquent sur le top 3, les Suisses devaient s’en remettre à un petit miracle pour accrocher une médaille. Las pour eux, il n’a pas eu lieu. Ils n’ont ni pu améliorer significativement leurs chronos, ni compter sur un fléchissement de leurs rivaux.

Au total des quatre manches, le pilote schwytzois et son pousseur genevo-valaisan ont échoué à 34 centièmes de la médaille de bronze du Russe Alexander Zubkov, un écart important à ce niveau. «C’était bouché devant. Et comme de notre côté nous n’avons pas livré des manches parfaites, cela n’était pas possible de prétendre à mieux», a reconnu Grand.

A la lecture des temps, c’est à la poussée que les Suisses ont laissé filer le podium. «La poussée n’a jamais été notre point fort», a noté Grand. «Samedi, nous avons manqué d’agressivité. Et aujourd’hui (dimanche), c’est au niveau de la glisse que nous avons peiné. Notre choix de patins s’est avéré peu judicieux», a-t-il expliqué. Retour d’Hefti

Dominateurs en Coupe du monde avec Hefti et Rüegg, le bob helvétique n’a pas confirmé lors du grand rendez-vous de la saison. «C’est difficile à digérer. Mais il faut accepter et aller de l’avant», a lâché Grand, véritable abonné aux quatrièmes places dans les événements majeurs (2x aux JO, 4x lors de Mondiaux).

Il reste le bob à 4 (vendredi et samedi) pour corriger le tir. «C’est notre meilleure chance. Hefti s’entraîne à nouveau et il pourrait être rétabli (réd: en tant que pousseur) pour la compétition. Nous ferons tout pour revenir avec la médaille», a assuré Grand, médaillé de bronze dans cette épreuve en 2006 à Turin. Et de 4 pour Lange

Sur la redoutable piste de Whistler Mountain, la victoire est revenue à Andre Lange. A 36 ans, l’Allemand dispute sa dernière compétition. Son palmarès compte dorénavant quatre titres olympiques, auxquels s’ajoutent neuf victoires aux Mondiaux, huit aux Européens et 46 succès en Coupe du monde.

Associé à Kevin Kuske, Lange pointait au deuxième rang après la manche initiale de samedi, avant de signer les meilleurs chronos sur les trois suivantes. Sa victoire est claire et nette, avec 22 centièmes d’avance sur ses compatriotes Thomas Florschütz/Richard Adjei.