Coupe du monde

Le rugby, ce sport qui ne produit pas de star

Le football a Messi et Ronaldo, le tennis Federer et Nadal, la NBA LeBron James et Stephen Curry. Le rugby, lui, a eu Lomu il y a vingt ans et depuis n'attend pas vraiment de voir une nouvelle étoile briller. Question de valeurs dans ce sport qui a toujours préféré le «nous» au «je»

Question à 100 millions de yens: quel rugbyman présent à la Coupe du monde au Japon a été désigné meilleur joueur du monde en 2018?

Alors que le tournoi entre dans sa phase de vérité ce week-end avec les demi-finales, la réponse ne risque pas de fuser tout de suite, à moins de lancer son moteur de recherche ou d’être natif de Dublin. Ouvreur de l’Irlande, Jonathan Sexton est un grand nom du rugby avec trois Tournois des six Nations à son CV, un stratège hors pair, mais tout sauf une star. Pas une surprise selon Lionel Maltese, spécialiste du management du sport et professeur à la Kedge Business School: «Quand on parle d’une star, on regarde la personnalité de jeu et la personnalité en dehors. Un Sexton ou bien le Néo-Zélandais Beauden Barrett [meilleur joueur du monde en 2016 et 2017] cochent la première case, mais il n’y a rien à raconter sur eux hors du terrain.»