Football

En Russie, le trompe-l’œil des stades pleins

Sept mois après la fin de la Coupe du monde, les stades russes battent des records de fréquentation. Mais tout le monde redoute le moment où il faudra régler la facture

Nombreux étaient ceux qui pensaient que «l’effet Coupe du monde» ne durerait pas. Puis il a fallu se rendre à l’évidence. Sept mois après le Mondial 2018, les stades construits en Russie pour la compétition affichent des taux de fréquentation étonnants: plus de 22 000 spectateurs de moyenne à Volgograd, un tout petit peu moins de 20 000 à Nijni Novgorod et presque 15 000 à Saransk. Pour ces trois clubs de deuxième division, la saison 2018-2019 est celle de tous les records.

Lire également: Vous avez aimé la Russie 2018, vous adorerez le Qatar 2022

Leur point commun: disposer d’un des sept nouveaux stades construits ou totalement rénovés pour la Coupe du monde. En première division, l’embellie est moins spectaculaire mais à la trêve, Rostov s’est hissé sur le podium des meilleures affluences du pays avec 30 244 spectateurs par match. L’actuel septième de la Première Ligue reste loin derrière le Zenit Saint-Pétersbourg, 50 000 fidèles en moyenne depuis l’inauguration en 2017 de l’immense Gazprom Arena, mais il talonne en termes d’affluence le club le plus populaire du pays, le Spartak Moscou.

Une hausse moyenne de 30%

A la trêve, l’affluence moyenne en première division a augmenté de 30% par rapport à la saison passée pour s’établir à 17 000 spectateurs par match. Et depuis le début de la saison, les médias russes se délectent d’images d’enceintes modernes et remplies qui contrastent avec le cliché du stade soviétique ouvert aux quatre vents et feraient presque oublier la tristesse actuelle du football local, pauvre en buts et sans résultats en coupes d’Europe.

Fin août, plus de 31 000 personnes ont pris place dans le stade de Nijni Novgorod pour voir l’équipe locale être battue par l’Avangard Koursk, un record pour la saison en deuxième division. «Aujourd’hui, le football de façon générale, en particulier à Nijni Novgorod, est devenu très populaire, se réjouit Alexeï Rokotov, journaliste sportif dans cette ville d’un million d’habitants située 400 kilomètres à l’est de Moscou. Tous ne sont pas des supporters. Les gens veulent réellement passer du temps au stade, il n’est pas loin du centre, c’est une sortie comme une autre.» Ils profitent aussi de places vendues à des prix très attractifs, de 200 à 400 roubles (3 à 6 francs) à Nijni Novgorod.

De la Baltique à la mer Noire

Eviter les «éléphants blancs», ces stades abandonnés après les grandes compétitions, était un objectif majeur de la Russie, quatre ans après des Jeux olympiques de Sotchi critiqués pour leur coût. Pas étonnant donc, dans un football russe dépendant essentiellement des ressources de l’Etat, que tout ait été fait pour que les stades de la Coupe du monde hébergent des clubs compétitifs. «En Russie, le football ne peut pas rester en dehors de la politique», note Kirill Koulakov, directeur de la Faculté de management du sport à l’école de commerce RMA de Moscou.

A Nijni Novgorod, le club a été sauvé du dépôt de bilan par les autorités locales, qui aimeraient le voir monter en première division rapidement. Pour cela, le gouverneur de la région, Gleb Nikitine, promettait en octobre, cité par l’agence TASS, des baisses d’impôts pour les entreprises qui soutiennent le club.

Lire aussi: La France, grande puissance du football mondial

Qui paiera l’entretien?

Pour occuper le stade Fisht de Sotchi, les autorités ont été jusqu’à déménager un club. Coincé à l’ombre du Zenit, le modeste Dynamo Saint-Pétersbourg a échangé les rives glaciales de la Baltique pour le climat subtropical de la station balnéaire du bord de la mer Noire. Il est devenu cette saison le FK Sotchi, pensionnaire de deuxième division. Mais gagner le soutien populaire n’est pas si facile: les affluences dépassent rarement les 2000 spectateurs dans le grand stade Fisht de 47 000 places.

Remplir les stades est une chose, payer pour leur entretien en est une autre, qui donne des sueurs froides à certaines régions russes à l’économie exsangue. «Le plan initial, c’était que les stades soient remis aux autorités régionales ou municipales puis privatisés, s’il y a une demande en ce sens du club local», explique Kirill Koulakov.

La plupart des régions freinent des quatre fers pour retarder le moment où il leur faudra prendre en charge l’exploitation, estimée de 3 à 4,5 millions de francs par an et par stade, et amenée à augmenter. Propriété de l’Etat fédéral, les stades auraient dû être transférés aux régions avant la fin de 2018 mais le ministre des Sports Pavel Kolobkov a annoncé en décembre que ce transfert n’aura finalement lieu qu’au mois de juin.

Publicité