Malgré deux triples axels dont un en combinaison, la Japonaise Mao Asada (205,50 points), qui patinait son libre juste après Kim, n’a pas pu rivaliser avec la Coréenne de 19 ans et doit se contenter de l’argent, devant la Canadienne Joannie Rochette (202,64), héroïque et émouvante médaillée de bronze quatre jours après le décès de sa mère.

Avec 228,56 points, Kim a fait exploser de plus de 18 points son meilleur score personnel. «Oh, mon Dieu!», s’est exclamée la jeune femme au joli minois en voyant s’afficher son score «monstrueux». Avant l’irruption des jeunes Asiatiques - Asada est elle aussi âgée de 19 ans -, les 200 points étaient considérés comme une barrière difficile à franchir. En larmes

Au-delà des points, Kim, sur son concerto en Fa mineur de Gershwin, a fait valoir une finesse de patinage et une assurance sur ses sauts inégalables, avec notamment un triple lutz-triple boucle piqué parfait. Cette performance devrait encore renforcer l’aura et la notoriété de cette jeune femme qui a été accueillie par 300 reporters à son arrivée à l’aéroport.

«Je me suis sentie sereine et très calme pendant tout le programme. Après avoir passé les premiers sauts, je me suis dit: ’Ça va le faire’, mais je n’ai vraiment réalisé qu’une fois sur le podium», a expliqué Kim Yu-Na, qui avait fondu en larmes sur la glace à l’issue de sa prestation.

Athlète féminine la plus rémunérée de ces Jeux avec des gains estimés à 8 millions de dollars l’an passé, Kim Yu-Na est bien la star absolue de son sport. L’élève de Brian Orser à Toronto - le coach qui a également conseillé Stéphane Lambiel ces derniers mois - est invaincue depuis son titre mondial il y a un an à Los Angeles et ne s’est inclinée qu’une fois ces deux dernières saisons.

Le public a réservé une nouvelle ovation à sa championne Joannie Rochette: «Je devais être forte pour ma mère», a soufflé la médaillée de bronze québécoise. «Quand j’ai appris son décès, j’étais vidée, sans jambes, mais il fallait que je retourne sur la glace tout de suite pour me sentir en vie. C’est ce que ma mère aurait voulu...», a-t-elle ajouté avant de craquer. Sarah Meier: Le couac

Quinzième avec 152,81 points, Sarah Meier a fait nettement moins bien qu’à Turin en 2006 (8e) et moins bien qu’à ses premiers Jeux à Salt Lake City en 2002 (13e). Sixième Européenne seulement, l’octuple championne de Suisse n’est pas parvenue à améliorer son rang après le programme court. C’est une nouvelle déception après sa 5e place des Championnats d’Europe.

«J’étais simplement dans un mauvais soir», a dit la Zurichoise, qui était déjà passée à côté de son programme court. Sur quatre de ses sauts programmés pour être des triples, elle n’a vrillé que deux rotations: le flip, le boucle, le lutz et le salchow. Impossible dans ces conditions d’obtenir une bonne note technique.

La championne d’Europe en titre, l’Italienne Carolina Kostner, a passé une soirée plus noire encore, marquée par trois chutes plus un appui de la main sur un autre saut. Elle est apparue perdue sur la glace est a échoué au 16e rang.