Football

Les satanées fins de match de l’équipe de Suisse

Neuf des douze derniers buts encaissés par l'équipe de Suisse l'ont été dans les dix dernières minutes de jeu de ses matchs, ce qui lui a parfois coûté cher. Un tel scénario lui sera interdit dimanche à Sion contre Gibraltar

C’est un monde où les matchs de football durent 80 minutes, pas une de plus.

Dans cette réalité parallèle, l’équipe de Suisse de football a peut-être remporté la Ligue des nations, et elle est quasiment qualifiée pour l’Euro 2020 à cinq matchs de la fin des éliminatoires. Car dans cette réalité parallèle, Cristiano Ronaldo n’a pas marqué 2 buts dans les dix dernières minutes de la demi-finale du Final Four en juin dernier (qui sait ce qui se serait passé alors?) et sur la route du Championnat d’Europe, le Danemark n’a pas davantage rattrapé son retard de trois longueurs (3-3 en mars) que la République d’Irlande n’a égalisé (1-1 jeudi soir) en toute fin de match.

Lire aussi: Deuxième balle de break manquée pour l’équipe de Suisse

La Nati a pris la mauvaise habitude de laisser son verrou céder au crépuscule de rencontres qu’elle a maîtrisées et dominées. Elle a encaissé 9 de ses 12 derniers buts dans les dix dernières minutes de jeu de ses rencontres. Certains, comme la réduction du score de l’Islande en octobre dernier, sont restés sans conséquence. D’autres, comme celui qui a donné la victoire au Qatar en amical, ne pèsent qu’en termes d’image voire de statistiques. Mais ceux marqués par le Danemark et la République d’Irlande demeureront une menaçante épée de Damoclès tant que l’équipe de Suisse n’aura pas validé son ticket pour le Championnat d’Europe. Et si elle devait finir par les regretter?

Lire également: Les vents contraires de l'équipe de Suisse

Sans Shaqiri ni Seferovic

Avant le match de jeudi, le sélectionneur irlandais Mick McCarthy avait assumé qu’il se contenterait volontiers d’un «ugly win». De son côté, Vladimir Petkovic en est régulièrement réduit à saluer le contenu de matchs aux résultats décevants. Contre le Portugal et contre le Danemark, il n’y avait en effet que des louanges à adresser à ses hommes – pendant 80 minutes. Interpellé à la fin d’une partie sur le sujet de ces épilogues bâclés, il avait estimé qu’il n’y avait pas de problème particulier, de généralisation à faire, rien que des faits de jeu coïncidents.

Actuellement troisième du groupe D des éliminatoires de l’Euro 2020, sa sélection accueille dimanche la modeste formation de Gibraltar à Sion (à 18h). C’est le genre de partie où tout autre résultat qu’une victoire nette représenterait un échec. Même sans ses atouts offensifs, Xherdan Shaqiri (qui n’a pas souhaité rejoindre la Nati cette semaine) et Haris Seferovic (parti assister à la naissance de son premier enfant), elle doit classer l’affaire rapidement. Et ne pas trembler dans les dix dernières minutes de jeu.

Publicité