JO 2016

Seconde et ultime médaille d’or olympique pour Fabian Cancellara

Alors qu’il s’apprête à se retirer, le cycliste bernois a triomphé pour la deuxième fois au contre-la-montre des JO

L’image est belle. Lorsque Fabian Cancellara apprend qu’il est sacré champion olympique du contre-la-montre, le Bernois saute de joie avant de tomber en pleurs. Après avoir parcouru les 54,6 km de l’épreuve en 1h12’’15’’42, il a devancé le Néerlandais Tom Dumoulin et le Britannique Chris Froome, vainqueur du dernier Tour de France. La déception était d’ailleurs palpable sur le visage de ces derniers, eux qui avaient fait des Jeux olympiques une priorité.

C’est le deuxième titre olympique de «Spartacus» dans le contre-la-montre, après celui décroché en 2008 à Pékin. Mais, surtout, cette médaille en or intervient après sa dernière grande course. Agé de 35 ans, le quadruple champion du monde du contre-la-montre (2006, 2007, 2009 et 2010) prendra sa retraite à la fin de la saison. Fabian Cancellara avait déjà effectué des adieux émouvants lors du Tour de France, après son arrivée «chez lui», à Berne. Mais cette fois-ci, la victoire est au bout et «Spartacus» est reparti avec la médaille d’or.

Palmarès hors normes

Cela ressemble à une forme de récompense puisqu’il avait annoncé se retirer, à contrecœur, de la Grande Boucle pour se concentrer sur les Jeux olympiques. Un petit crève-cœur car même s’il n’a jamais remporté le Tour de France, le Bernois a tout de même porté à vingt-neuf reprises le maillot jaune. De quoi rendre l’épreuve particulière pour lui. Le compromis n’aura donc pas été vain. Plus globalement, sa médaille d’or décrochée mercredi vient récompenser sa formidable carrière.

Hormis ses quatre titres de champion du monde et son premier titre olympique du contre-la-montre, Cancellara affiche à son palmarès onze victoires d’étapes sur les Grands Tours (huit sur le Tour de France et trois sur le Tour d’Espagne), trois Tours des Flandres (2010, 2013, 2014), autant de Paris-Roubaix (2006, 2010, 2013), dix titres de champion de Suisse du contre-la-montre (2002, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2012, 2013, 2014 et 2016) et encore deux titres de champion de Suisse sur route (2009 et 2011). Tout cela en quinze ans de carrière professionnelle. En fin de saison, c’est donc un géant du cyclisme qui quittera le circuit. L’épreuve de mercredi n’a fait que le rappeler.  

Publicité