Montagne

Des sentiers à toi et à moi

Réunir ou séparer les randonneurs et les VTTistes? Les éduquer pour mieux les faire cohabiter

Respect, bon sens et contrôle de la vitesse. En quelques mots, ce sont les règles à suivre pour que marcheurs et cyclistes de montagne puissent cohabiter sereinement sur les sentiers qu’ils partagent.

La question de la cohabitation n’est pas nouvelle, mais elle se pose à nouveau, alors que l’essor des vélos électriques vient grossir les rangs de ceux qui pratiquent la montagne à deux roues. Une lutte des sentiers? «C’est une fausse croyance, il n’y a pas vraiment de problème», réfute Pauline Picchio, auteure, en 2018, d’un travail de bachelor sur la cohabitation entre VTTistes et randonneurs dans la région de Verbier et du Val de Bagnes. De son sondage, auquel ont répondu plus de 550 personnes, il ressort que «la cohabitation est vraiment bonne. Pour la très grande majorité, les deux pratiques peuvent s’accorder».