Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Sergeï Aschwanden, médaillé de bronze en judo aux Jeux olympiques de Pékin en 2008.
© Eddy Mottaz

Destin de champion

Sergei Aschwanden, la retraite hyperactive

Il a été champion d’Europe, vice-champion du monde et a décroché le bronze olympique. Désormais retraité du monde sportif, le judoka suisse mène une deuxième carrière tambour battant

Ils ont tous été au sommet de leur sport, du tennis au football en passant par le judo et l’athlétisme. Aujourd’hui reconvertis, ils reviennent pour «Le Temps» sur leur carrière parfois mémorable.

«Un café?» propose Sergei Aschwanden en déboulant dans la pièce comme un train. Dès le premier coup d’œil, il est évident que l’ancien judoka n’a pas troqué son quotidien de sportif d’élite pour les frites mayonnaise. Véritable boule d’énergie, le quadragénaire est visiblement en forme, son t-shirt tendu sur des biceps protubérants. Il y a tout juste dix ans, il décrochait la médaille de bronze au Jeux olympiques de Pékin dans la catégorie des moins de 90 kilos. Une décennie plus tard, le voilà directeur de station à Villars-sur-Ollon, élu PLR au Grand Conseil vaudois et candidat au Conseil national. Comment a-t-il négocié sa transition du dojo au bureau?

La nécessaire reconversion de (presque) tous les judokas

«Il faut être conscient que ce n’est pas avec le judo qu’on fait de l’argent ou qu’on suscite de l’intérêt médiatique, explique Sergei Aschwanden, c’est bien trop compliqué! Même en expliquant patiemment les règles, personne n’y comprend rien. Du coup, la reconnaissance du grand public n’est pas suffisante pour intéresser de gros sponsors.» Une seule exception à la règle, dit-il: le Français Teddy Riner. «Mais c’est un athlète hors norme», souligne le Vaudois. Double champion olympique et dix fois champion du monde dans la catégorie reine, 2m04 pour 140 kilos, le poids lourd né en Guadeloupe est en effet peu conventionnel. Prisé des grandes marques, son profil atypique l’a rendu millionnaire.

S’il a lui aussi bénéficié du soutien de sponsors – notamment le garage Jan-Autos ou feu Athleticum – Sergei Aschwanden n’a, lui, jamais perçu assez d’argent pour pouvoir envisager une retraite sportive les doigts de pied en éventail. Ce n’est de toute façon pas le genre de la maison. «Après Pékin, je ne savais pas encore si j’allais arrêter. Mais je n’avais plus la volonté de m’investir à 200%. Et sans vouloir être le meilleur, c’est compliqué de faire du sport de haut niveau.»

Se pose alors la question de la reconversion. Treize ans après l’obtention de sa maturité (en 1996), le Vaudois choisit de retourner sur les bancs d’école. «Un nouveau challenge», dit le fonceur, qui opte pour un bachelor en sciences du sport avec une mineure HEC, suivi d’un master en gestion du sport et des loisirs. Avec succès: Il est engagé dès l’obtention de son diplôme comme directeur sportif à Villars. Il a 38 ans.

«Si on fait quelque chose, il faut le faire bien»

Dès son arrivée, en 2013, le novice est confronté à la crise du tourisme montagnard. Un nouveau défi pour le stoïque judoka, qui ne se laisse pas impressionner: «Les crises, dit-il, c’est comme les défaites dans le sport: cela permet de se remettre en question. Ce qui est toujours bénéfique. En plus, moi, quand ça roule, ça m’ennuie.» Trois ans plus tard, en 2016, il est nommé directeur de station. En plus du centre des sports, il gère désormais également l’office du tourisme. Un travail «exposé», dit-il, qu’il compare à celui d’un entraîneur de football: «Quand ça va bien, c’est bien. Quand ça va mal, c’est de ma faute.»

Mais le job lui convient parfaitement: «Je me lève à 5 heures moins le quart et je rentre souvent entre 9 et 10 heures du soir. Je fais 4000 heures par an environ, ce qui correspond presque à un 200%. Je travaille tous les jours, week-end compris, c’est là que les touristes sont en station. C’est un choix. Chacun décide de mettre le curseur où il veut. Moi, j’ai toujours fonctionné comme ça. Si on fait quelque chose, il faut le faire bien.» De quoi combler cet hyperactif qui considère sa vie actuelle comme «tout aussi passionnante que celle d’avant». A cet horaire impressionnant s’ajoute une vie de famille nombreuse – le judoka est père de quatre enfants (et en aimerait un cinquième), du sport – au petit matin ou à midi, et ses activités politiques de député au Grand Conseil vaudois.

Un simple bout de métal

La politique, il y a tout d’abord été sensibilisé par son père, puis par la conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro. Ancienne championne de Suisse de judo – elle fréquente le même dojo que Sergei Aschwanden –, la politicienne le met en contact avec le parti. La sauce prend: en 2017, il rejoint le groupe PLR au parlement cantonal. Et ne compte peut-être pas s’arrêter en si bon chemin. «Je n’ai pas d’ambition particulière, tempère le médaillé olympique. Si je réussis à accéder au Conseil national, tant mieux. Sinon, tant mieux aussi. Mais quand même, concède-t-il, devenir conseiller national… Mon aspect compétitif ressort un peu, c’est vrai.» Quelques années à peine après la fin de ses études, l’ancien sportif d’élite devenu directeur de station pourrait ainsi devenir sénateur à Berne.

Quelle importance donner à cet ippon d’août 2008, à Pékin, dans ce parcours sans faute apparente? Ce jour de bronze, de troisième place synonyme de victoire après deux échecs consécutifs à Athènes et à Sydney, cette fraction de seconde pour laquelle des inconnus le félicitent encore dans la rue? «Ma médaille a certainement contribué à mon engagement par Villars, dit-il, mais ce n’est pas elle qui amène les touristes!»

Lire aussi: Sergei Aschwanden, objectif médaille

Toutefois, il l’admet volontiers, la breloque est importante. «Particulièrement pour ce qu’elle a déclenché comme conséquences psychologiques et humaines. Elle m’a facilité beaucoup de choses. Si je ne l’avais pas décrochée, est-ce que j’aurais autant de détachement maintenant? Je ne sais pas», réfléchit-il à haute voix. «Mais je trouve aussi ça pervers. Que ce simple bout de métal change une vie…»

La compétition dans la peau

Aujourd’hui, le Vaudois ne combat plus. Ou tout au plus effectue-t-il quelques prises lors de son camp de judo annuel. Il l’assure, la compétition de haut niveau ne lui manque pas. «La roue tourne», philosophe-t-il. Avant de préciser: «Et puis quand je vois que je régresse, ça me vexe.» Pour dépenser son énergie, il pratique d’autres activités sportives. Notamment le tennis. Il a d’ailleurs rendez-vous sur le court dès notre entrevue terminée. «Mais sans faire de compétition, dit-il, sinon je deviens mordu et je n’arrive plus à m’arrêter.» Il précise toutefois: «Mais j’ai déjà battu R5.» Avant d’ajouter: «En squash je suis meilleur, j’ai déjà gagné contre des joueurs de Ligue nationale B!» Le goût du défi, toujours.


Profil

1975 Naissance à Berne.

2008 Décroche la médaille de bronze à Pékin.

2011 Naissance de sa première fille.

2013 Devient directeur sportif à Villars.

2017
Election au Grand Conseil vaudois.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL