C’est une plaine vaste de plusieurs centaines de milliers de kilomètres carrés à la pointe nord-est du Brésil. Une terre semi-aride peuplée de buissons secs et de cailloux, quasi désertique. On l’appelle là-bas le Sertão, de son sens originel le «fin fond», «l’arrière-pays». Si rien ne paraît enchanteur à l’idée de fouler ce sol poussiéreux et inondé de soleil, il n’en est rien de son ciel, qui voit depuis plusieurs années se succéder les plus longs vols de parapente au monde.

Pour l’heure, ce sont les pilotes brésiliens qui tiennent les rênes du classement mondial de vol de distance. A l’image de Rafael Barros, qui a survolé le Sertão pendant onze heures, parcourant 588 kilomètres, un record en attente de validation auprès de la Fédération aéronautique internationale. Un site de vol devenu incontournable pour les pilotes expérimentés, ils sont un peu plus d’une vingtaine à travers le monde à avoir dépassé les 500 km. Le Brésil accueille régulièrement des coupes du monde et autres championnats. Mais le Sertão offre un immense terrain de jeu pour effectuer des distances en ligne droite.