Servette retrouve la tête et l’espoir

Football Victoire précieuse pour les Grenats contre Wohlen (3-1)

De passage dans la région (ils suivent une formation à l’UEFA), les anciennes gloires d’Arsenal Sol Campbell et Patrick Vieira étaient les invités de marque de ce choc Servette-Wohlen qui, s’il sentait quand même un peu la loose, leur présentait au moins deux visages connus. Celui, barbu, de Ciriaco Sforza, l’entraîneur de Wohlen, et celui, toujours rond et imberbe, de Johan Vonlanthen.

En 2004, le numéro 7 servettien avait joué Campbell et Vieira avec l’équipe de Suisse à l’Euro 2004. Il avait même marqué contre la France et volé à Wayne Rooney le record (qui tient toujours) du plus jeune buteur en phase finale. Dix-huit ans à peine… Onze ans plus tard, Vonlanthen s’est parfois trompé, souvent perdu et a même cru se trouver dans la religion. Il reste d’une classe à part, qu’il distille par intermittence sur le flanc gauche. Sa première accélération, dès la 5e minute, obligea Müller à le faucher. Penalty. Vonlanthen voulut le transformer lui-même et trouva la barre.

Servette continua de presser avec, toutefois, cette manie que l’on nommera «le syndrome Barça» et qui pousse bon nombre d’équipes modernes à vouloir absolument entrer dans les buts avec le ballon. Héritant d’un ballon de une-deux sur la ligne des 16 mètres, le latéral Bruno Martignoni fit moins de chichis: contrôle et frappe sèche dans la lucarne (10e 1-0). Champion du monde M17 avec la génération Xhaqa, Seferovic et Rodriguez, lui aussi fut un grand espoir. Mais son avenir n’est pas encore derrière lui.

Une ambiance enflammée

Le match bascula à la demi-heure quand une nouvelle accélération de Vonlanthen décala Bua pour servir Besnard seul devant le gardien. Le jeune buteur perdit son face-à-face. Sur l’action suivante, Wohlen égalisait par Brahimi, autre ancien espoir, période GC. (32e 1-1). La seconde mi-temps fut celle des correctifs. Kevin Cooper remplaça Kamber par Doumbia dans l’entrejeu servettien tandis que les ultras genevois effaçaient une faute d’orthographe sur une banderole. Animé d’une pareille envie de bien faire, Servette trouvait la faille à la 54e minute par Besnard, à l’affût d’une reprise approximative de Dams (2-1). Le match, de plus en plus animé, était loin d’être terminé. Wohlen bénéficia d’un penalty mais Ramizi trouva le poteau gauche des buts de Jérémy Frick (75e). Le gardien genevois sauva encore son camp quelques minutes plus tard devant Rapp. Sur la rupture, Doumbia décalait Vonlanthen qui marquait le but de la sécurité dans une ambiance enflammée (79e 3-1). Servette est à nouveau leader de Challenge League.

Une belle journée pour le club qui, dans l’après-midi, avait reçu la visite d’une délégation du Grand Conseil et de la Fondation du Stade de Genève. Le président Hugh Quennec leur a présenté ses factures et ses projets et a semble-t-il reçu une écoute attentive. Une issue favorable à la crise semble en bonne voie.