Le Servette FC Chênois Féminin disputera la phase finale de la Ligue des championnes! Les Genevoises se sont qualifiées en dominant ce mercredi après-midi les Ecossaises de Glasgow City (1-2), après avoir été contraintes au nul lors du match aller en Suisse (1-1).

Sur la pelouse du Broadwood Stadium, l’affaire avait pourtant mal commencé. Après un petit quart d’heure de jeu, la Costaricienne Priscila Chinchilla se retrouvait seule face à Inês Pereira et ne tremblait pas: c’était déjà 1-0. Mais les championnes de Suisse se savaient à la hauteur, sur les plans technique et tactique, et elles n’ont pas paniqué.

Lire aussi: Servette et Chênois, l’union fait la force

Pour égaliser, elles ont profité d’une grossière erreur adverse: la gardienne Lee Alexander interceptait avec les mains une passe en retrait d’une de ses coéquipières, et Servette obtenait un coup franc indirect à cinq mètres du but. Malgré la présence de toute l’équipe écossaise sur la ligne, le missile de Jade Boho trouvait sa cible.

Juste après la pause, Sandy Maendly pouvait inscrire le 1-2. Et le score ne bougea plus: les protégées d’Eric Sévérac ont tenu bon jusqu’au bout des sept minutes de temps additionnel ajoutées par l’arbitre.

Une compétition revue et corrigée

Avant ce barrage décisif, les Genevoises s’étaient sorties à leur avantage d’un premier tour organisé sous la forme d’un mini-tournoi à Mariehamn (Finlande). Elles avaient battu les Nord-Irlandaises de Glentoran, puis les locales de Åland United sur le même score de 1-0.

Après avoir été éliminées l’an dernier en seizièmes de finale de la compétition par l’Atlético Madrid, elles avaient à cœur de prolonger leur aventure internationale. C’est que la Ligue des championnes connaît cette saison une petite révolution.

Disputée jusqu’ici comme les anciennes compétitions européennes masculines, c’est-à-dire par simple succession de rencontres à élimination directe, elle va désormais comprendre une phase de groupes. Il y en aura quatre de quatre équipes, qui s’affronteront deux fois chacune pour tenter de se qualifier pour les quarts de finale. Pour les équipes qui sont parvenues à s’extraire des éliminatoires, cela implique un minimum de six matchs européens.

Montée en puissance

L’UEFA a profité de cette refonte du système pour revoir sa copie sur les plans du marketing et de la diffusion. Auparavant, seule la finale était commercialisée de manière centralisée par l’instance, qui laissait cette responsabilité aux équipes évoluant à domicile pour les matchs précédents. Dès la phase de groupes de l’édition 2021-2022, elle va produire elle-même chaque match pour les télévisions ou la retransmission en ligne, et gérer partiellement le sponsoring.

A l’instar des autres compétitions féminines internationales, telles que la Coupe du monde et l’Euro, la Ligue des championnes prend petit à petit de l’importance sur tous les plans. Servette-Chênois, qui s’est affirmé ces deux dernières années comme la meilleure équipe de Suisse, sera au rendez-vous de cette montée en puissance.