Il y avait tout pour faire un bon match: un Lausanne invaincu depuis 13 matchs, un Servette qui caracole en tête de la Challenge League, une rivalité lémanique qui survivra à toutes les faillites, un train spécial de supporters venus de Genève, des pétards, des fumigènes, et même plus de 10 000 spectateurs un froid soir de semaine. Il y avait bien longtemps que la Pontaise n'avait été à pareille fête. Malheureusement, une invité surprise a gâché la fête du football romand.

Lire aussi: Servette est parti pour revenir. Et rester

On attendait la pluie, et ce fut la neige. Une neige lourde et glissante qui ne cessa de tomber durant tout le match. Dès les premières minutes, le ballon était déjà freiné dans sa course, les passes arrivaient toujours dans le dos, les joueurs n'avaient pas leurs appuis habituels. Bien vite, il fallut changer de ballon, d'abord blanc puis orange. La seconde mi-temps débuta avec du retard, afin de permettre aux jardiniers de déneiger les lignes et les deux surfaces de réparation. La fin de match fut proprement inutile, tant il était devenu impossible de faire quelque chose de cohérent. Comme souvent en ces circonstances, les perdants reprochèrent à l'arbitre de n'avoir pas interrompu la partie, quand les gagnants soulignaient que «les conditions étaient les mêmes pour tout le monde».

En février 2019: Les clubs de foot romands à la barre

La Super League, six ans après

Parler de jeu dans ce qui ne fut bien vite qu'une partie de pousse-ballon (le plus verticalement possible et le moins au sol possible) serait une insulte au travail des deux entraîneurs. Le vainqueur, le Servettien Alain Geiger, se félicitait néanmoins que ses joueurs aient su s'adapter rapidement. Lausanne se créa les premières occasions mais Servette frappa le premier, par Koro Koné (26e), parfaitement servi par Miroslav Stevanovic, qui avait contré le défenseur Igor Nganga dans la surface vaudoise. Le Bosnien, meilleur joueur de Challenge League, récidivait en seconde mi-temps, pour le plus grand bonheur de Kastriot Imeri cette fois (74e 0-2). Entre les deux, Lausanne marqua un but refusé justement (main de Nganga) et poussa le gardien genevois Jérémy Frick à un arrêt décisif devant Roman Buess (70e).

Avec cette victoire, Servette compte désormais 13 points d'avance sur Lausanne. Le légendaire club grenat (l'un des plus titrés du pays) est bien parti pour retrouver la Super League six ans après l'avoir quittée. De son côté, le LS devra batailler pour conserver sa place de deuxième et participer au barrage contre le neuvième de Super League. Peut-être l'occasion d'un autre derby, contre Neuchâtel Xamax.