Hockey

La «Siegermentalität» du CP Berne

Cette saison, le club de la capitale n’a pas connu le parcours le plus tranquille ni présenté le jeu le plus spectaculaire, mais il est champion de Suisse pour la troisième fois en quatre ans après avoir dominé Zoug en finale

Le hockey sur glace suisse est une merveilleuse machine à fabriquer de l’émotion. Sur un match, tout ou presque peut arriver: c’est ce qui permet d’entretenir la flamme de la passion sur la longueur d’une saison régulière de 50 rencontres, avant même des séries éliminatoires qui s’étirent encore sur près de deux mois. Mais au final, cette impression de remise en question permanente finit toujours par s’effacer devant la puissance de l’ordre établi. Depuis 2006 et la victoire de Lugano, il n’y a eu que trois champions différents: Davos, Zurich et Berne. Cette saison, les deux premières équipes ont échoué à se qualifier pour les play-off. C’est donc la troisième qui a soulevé la coupe, samedi, au bout d’une finale contre Zoug.

Il s’agit du 16e titre pour le Club des patineurs de Berne, qui dans les annales reste loin du HC Davos (31) mais distance les Zurich Lions (9). C’est aussi le troisième en quatre ans pour une formation restée stable (11 joueurs étaient déjà là en 2016) et le deuxième en trois saisons à la bande pour l’entraîneur finlandais Kari Jalonen, qui répond par la victoire à ceux qui pointent du doigt le jeu peu spectaculaire que son équipe propose. «Ce serait un problème si nous perdions et perdions encore sur le long terme, a dit ce week-end le directeur général Marc Lüthi à la Neue Zürcher Zeitung. Mais le succès est devenu à Berne quelque chose de commun. C’est attendu de notre part.»

In extremis contre Genève-Servette

Le club de la capitale s’appuie sur une envergure financière singulière, nourrie par la capacité de la PostFinance Arena (17 031 spectateurs, soit la troisième plus grande patinoire d’Europe) et l’attractivité de ses restaurants, mais il n’est pas le seul à avoir de l’argent: d’autres clubs compensent en s’appuyant sur des mécènes. Les observateurs quotidiens des Ours bernois ne convoquent donc pas, pour expliquer leurs réussites sportives, l’objectivité des livres de comptes mais un facteur beaucoup moins quantifiable, beaucoup plus imperceptible: une Siegermentalität, une «mentalité de gagnant» qui s’est installée ces dernières années à Berne.

On y saurait, mieux qu’ailleurs, faire ce qu’il faut quand il le faut pour l’emporter. Cette saison, les futurs champions ont su garder leur sang-froid lors de la saison régulière, qu’ils ont bouclée en tête du classement avec 34 victoires, mais ils ont ensuite eu tendance à jouer avec le feu. En quarts de finale, contre un Genève-Servette HC qualifié in extremis pour les play-off et petit à petit décimé par les blessures, ils ont été menés 0-1 puis 1-2 avant de remporter la série sans vraiment convaincre.

Pour se souvenir: Genève-Servette, voyage au bout de la série

En demi-finale contre Bienne, le CP Berne s’est incliné lors des deux premiers actes et il a encore été mené 2-3. Mais le dos au mur, l’équipe de Kari Jalonen a été s’imposer sur le plus petit des scores possibles dans la patinoire adverse avant de conclure par un feu d’artifice à domicile lors du septième match décisif (5-1).

Scénario idéal

Pendant ce temps, Zoug avait classé les affaires Lugano (4-0 en quarts) et Lausanne (4-1 en demi) de manière expéditive. Les hockeyeurs de Suisse centrale abordaient la finale beaucoup plus frais que leurs adversaires. Cela aura été loin de suffire. La dernière étape vers le titre aura été la plus sereinement franchie par le CP Berne, seulement défait lors de l’acte I avant d’enchaîner quatre succès et de devenir champion un samedi soir à la maison. Difficile de faire un plus beau cadeau à ses supporters.

Lire aussi: La reconstruction patiente et experte du HC Bienne

Le hockey sur glace suisse est une machine qui ne s’arrête jamais. Le titre à peine attribué se posait de-ci de-là la question de l’avenir. Marc Lüthi a confirmé que l’entraîneur Kari Jalonen irait au bout de son contrat, qui court jusqu’en 2020. Il est déjà établi que le gardien Leonardo Genoni s’en ira la saison prochaine défendre la cage de Zoug. Et il est clair que le CP Berne ne se départira pas de sa Siegermentalität.

Publicité