Huit ans ont passé, mais la magie olympique opère toujours pour Simon Ammann, qui a apporté d’emblée une première médaille d’or à la Suisse aux JO de Vancouver. Le Saint-Gallois, surgi de nulle part pour rafler deux fois l’or en 2002 à Salt Lake City, a ajouté un troisième titre suprême à son palmarès samedi à Whistler Mountain. Avec deux sauts immaculés (105 et 108 mètres) et un total de 276,5 points, «Simi» a devancé le Polonais Adam Malysz (269,5) et l’Autrichien Gregor Schlierenzauer (268). Il rejoint ainsi dans l’histoire du saut à skis le Finlandais Matti Nykänen, lui aussi triple champion olympique. Samedi prochain sur le grand tremplin, la mésange du Toggenbourg cherchera à quadrupler la mise et prendre ses aises au Panthéon de la discipline. «Ce n’est pas impossible», a-t-il prévenu dans un rictus lumineux.

Le sourire en plus

Le sourire, c’est peut-être ce qui différencie le mieux Simon Ammann de ses adversaires. «C’est un athlète et un type génial, toujours prêt à rigoler», s’extasie son entraîneur Martin Künzle. «Ce qui m’impressionne le plus chez lui, c’est cette capacité à rester si calme et détendu au moment de l’échéance. Entre les deux sauts, on a juste regardé le premier à la vidéo et discuté un peu, c’est tout. J’étais beaucoup plus nerveux que lui! Il savait exactement ce qu’il avait à faire.»

Et il l’a fait. En saut à skis, on a coutume de dire que tout se joue entre les deux oreilles. Or, à 28 ans, Simon Ammann peut se reposer sur un mental d’acier. Explication du phénomène: «En sport, le résultat est souvent différent de ce qu’on imagine. Alors au sommet du tremplin, j’ai essayé de canaliser mes pensées, d’imaginer la façon dont les choses devaient se passer. Je me suis appuyé sur mon expérience pour dégager le calme, l’énergie et la force nécessaires.»

L’actuel leader de la Coupe du monde, qui avait judicieusement fait l’impasse sur l’épreuve de Willingen le week-end dernier afin de préparer au mieux son coup, a parfaitement rempli son premier contrat au Canada. La seconde épreuve ayant lieu samedi prochain, Simon Ammann aura même eu le droit de se lâcher un peu dans la foulée de son exploit. Pronostic de Martin Künzle: «Deux ou trois bières et un gros steak.» A l’échelle d’un sauteur à skis, c’est énorme. Trois médailles d’or olympiques, aussi.