«Quand j’ai acheté mes 2000 m2 de terrain, je me suis dit: ici, c’est chez moi.» A mi-chemin entre le chalet alpin et la cabane écolo, comme on en trouve dans ce havre de paix qu’est Santa Elena, perchée au-dessus de Medellin, la petite maison de Simon Pellaud est à son image: simple et naturelle. Un petit jardin, où sa compagne Susana et lui font pousser leurs salades, leurs légumes, leurs herbes aromatiques, une cuisine aménagée aux goûts du «chef» et du bois, beaucoup de bois. Sans la présence d’un livre de Joël Dicker sur la petite table du salon, il serait difficile d’imaginer qu’un Suisse habite ces murs.