Football

A Sion, la démission de Stéphane Henchoz

Au lendemain de la défaite à Saint-Gall (3-0), le FC Sion n’a plus d’entraîneur. Après un très bon départ, Stéphane Henchoz a traversé une longue série de mauvais résultats, dont il tire les conséquences

Le FC Sion n’a plus d’entraîneur ce dimanche matin. Et cette fois, le président Christian Constantin n’y est officiellement pour rien. Au lendemain de la défaite à Saint-Gall (3-0), l’entraîneur de l’équipe, Stéphane Henchoz, a présenté sa démission. «Stéphane Henchoz a décidé de s’en aller avec effet immédiat et de renoncer à son contrat en cours, ceci en raison des bonnes relations qu’il entretient avec le club valaisan et son président», déclare le club dans un communiqué.

Si les résultats sont honorables (Sion est cinquième du classement de Super League et qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de Suisse), la dynamique était très défavorable à l’entraîneur fribourgeois, avec cinq défaites et un nul sur les six derniers matchs de championnat. En début de semaine passée, après le match nul à domicile contre Servette (1-1), Christian Constantin avait décidé de mettre un adjoint de son cru, Christian Zermatten, dans les pattes de son entraîneur en chef.

Notre portrait en mai 2019: Stéphane Henchoz, le rouge et le noir

Série négative

Visiblement, Stéphane Henchoz, qui a souvent affirmé que le métier d’entraîneur n’offrait qu'«une visibilité à douze jours, sur trois ou quatre matchs», a préféré ne pas s’obstiner et choisir lui-même le moment de son départ. «Je souhaite une bonne continuation au FC Sion et j’espère que cette décision réveillera les joueurs», déclare-t-il en partant. Ultime message et début d’explication, il souhaite également que son départ «fasse prendre conscience aux joueurs professionnels de la chance qu’ils ont d’exercer le métier de footballeur et de défendre les couleurs valaisannes». Autre tête de gondole du recrutement sédunois, Valon Behrami avait pareillement rompu son contrat début octobre.

Arrivé à Sion cet été après avoir réussi à sauver la place de Neuchâtel Xamax en Super League, Stéphane Henchoz (45 ans) ne sera resté finalement que cinq mois en Valais. Après une défaite inaugurale à Tourbillon contre Bâle et un nul à Genève contre Servette, son équipe avait enchaîné cinq victoires (plus deux qualifications en Coupe de Suisse) et même brièvement pris la tête du classement l’espace d’un week-end. C’était le 21 septembre et Sion n’a plus gagné depuis. La défaite quatre jours plus tard à Tourbillon contre Saint-Gall a enrayé la mécanique. Jusqu’à la défaite de trop ce samedi, toujours contre Saint-Gall. L’équipe surprise de la saison, troisième du classement, est entraînée par Peter Zeidler, le dernier coach à avoir apporté un peu de stabilité au FC Sion. En 2016 déjà.

Publicité