Tennis

Le soleil n’altère pas les ardeurs de Roger Federer

Programmé cette fois en milieu d’après-midi, le Bâlois continue sa promenade dans le tableau masculin: victoire 6-4 7-6 6-2 sur le Hongrois Marton Fucsovics et qualification tranquille pour les quarts de finale

Après huit jours de compétition et quatre tours disputés, Roger Federer n’a toujours pas puisé dans ses réserves à l’Open d’Australie. Lundi, le Bâlois a écarté de sa route le Hongrois Marton Fucsovics en trois sets (6-4 7-6 6-2). Le voici déjà en quart de finale, où il affrontera mercredi le Tchèque Tomas Berdych, une vieille connaissance.

Modeste 80e mondial, Fucsovics n’était pas un inconnu pour Federer, lui qui s’est entraîné avec lui durant une semaine l’automne dernier. Toujours à l’affût, Severin Lüthi avait repéré ce bon joueur qui grimpait gentiment au classement et qui avait, de surcroît, l’avantage de venir en Suisse pour disputer les Interclubs avec Grasshopper. Le Hongrois eut ainsi droit à une tape amicale du «Maître» juste avant de monter sur le court de la Rod Laver Arena.

Deux heures, comme avec Richard Gasquet

Le match a duré deux heures, comme au tour précédent face à Richard Gasquet. Mais le point de comparaison est plutôt à aller chercher au deuxième tour, dans le match de Federer contre l’Allemand Jan-Lennard Struff. Même solidité au service, même régularité dans l’échange, même incapacité à proposer davantage. A partir du moment où Roger Federer était performant au service, il ne pouvait pas lui arriver grand-chose.

Et le Bâlois fut particulièrement appliqué, remportant tous ses jeux de service, parfois très facilement (seulement 3 points concédés durant la première heure de jeu). Il n’eut jamais de balle de break à sauver et se contenta de hausser le rythme en fin de manches pour faire la décision.

Lire aussi: Un Roger Federer en toute décontraction à Melbourne

La température a baissé

Roger Federer n’a pas souffert davantage de la chaleur, redescendue depuis deux jours à des normes très acceptables. Programmé pour la première fois en milieu d’après-midi, il se félicitait surtout d’avoir enfin une soirée de libre. «Lorsque je joue en soirée, avec les soins, la récupération et les obligations médiatiques, je ne suis jamais couché avant 3h du matin.» Cette fois, il pourra border ses enfants.

Au prochain tour, il retrouvera Tomas Berdych, vainqueur autoritaire de l’Italien Fabio Fognini (6-1 6-4 6-4). Federer et Berdych s’étaient affrontés l’an dernier ici même à Melbourne au troisième tour. Le Suisse avait été éblouissant, pour la première fois depuis son retour après six mois d’absence, ce qui lui avait donné beaucoup de confiance pour la fin du tournoi, qu’il remporta. «On avait fait un bon match», se souvient-il. Avant de se reprendre: «Enfin, j’avais fait un bon match…»

L’année 2017 du Bâlois: Roger Federer, l’hymne à la joie

Publicité