En équipe suisse depuis 1996, elle aura vécu onze saisons de Coupe du monde, avec un palmarès éblouissant: double vainqueur du classement de géant en 2001 et 2002, championne du monde de géant en 2001, médaillée de bronze, toujours en géant, aux Jeux de Salt Lake City, 15 succès sur le circuit Coupe du monde. Sonja Nef a marqué de son empreinte le ski helvétique. Une empreinte indélébile. A 33 ans, l'Appenzelloise méritait des adieux olympiques. Elle ne les aura pas.

La hanche gauche douloureuse, elle annonçait hier sa retraite sportive depuis Sestrières, après sa non-participation aux Jeux de Turin: «Je n'ai pas réussi à retrouver le chemin du succès. Par ailleurs, je souffre depuis fin janvier d'une douloureuse inflammation à la hanche.» Lucide, la sportive accepte la défaite. Victime de pépins physiques qui l'affaiblirent considérablement, celle qui passa de longues années à se battre contre son genou droit s'avoue vaincue. Si son corps la lâche, nul doute que son esprit de fonceuse ne quittera pas de sitôt le monde sportif helvétique, malgré ses doutes quant à la suite à donner à sa carrière.

Sa générosité trouve une finalité dans son rôle d'ambassadrice de l'éthique chez Swiss Olympic: «Porter soin à l'environnement, notre plus belle arène sportive, respecter les autres et s'ouvrir à leur façon de penser différemment sont des principes qui me tiennent à cœur depuis longtemps» déclare-t-elle. Une championne, une vraie.