Un triplé de Neymar, plus des buts d’Edinson Cavani, Kylian Mbappé et Angel Di Maria pour, au final, une victoire 6-1 du Paris Saint-Germain contre l’Etoile Rouge de Belgrade. L’addition est lourde. Mais entre un club qui prétend s’imposer parmi les plus puissants d’Europe et une équipe dont la gloire appartient à l’histoire lointaine, elle n’a étonné personne. Une enquête du journal L’Equipe, publiée vendredi après-midi sur son site internet, jette pourtant le doute sur le résultat: était-il programmé d’avance?

Cette semaine, le spectre des matchs truqués s’était déjà manifesté dans le football belge avec une vague d’inculpations sans précédent, et l’implication présumée de joueurs, entraîneurs, arbitres et dirigeants des plus grands clubs. Scandale immédiat. Mais qu’un match ait pu être arrangé en Ligue des champions, la plus prestigieuse des compétitions de clubs, heurte davantage encore.

Victoire par cinq buts d’écart

Selon le récit de L’Equipe, un informateur crédible a, quelques jours avant le match, contacté l’UEFA pour signaler qu’«un très haut dirigeant de l’Etoile Rouge Belgrade s’apprêterait, avec des complices, à placer près de 5 millions d’euros sur une défaite de sa propre équipe par cinq buts d’écart». Gain escompté: plusieurs dizaines de millions d’euros. Le scénario a fini par se produire.

Toutefois, le journal précise que l’autorité compétente n’a pas détecté de paris anormaux sur ce match. Ce qui n’exclut pas qu’il y en ait eu hors des circuits sous contrôle. Mais les deux clubs, qui ont été contactés, démentent formellement tout arrangement. «Toutes les hypothèses restent ouvertes, du match truqué à la dénonciation calomnieuse pour nuire à la réputation de l’Etoile Rouge Belgrade», conclut le quotidien sportif français.