L'évidence s'impose avec de plus en plus de vigueur. Dans le petit monde du ski alpin, il y a désormais Marco Odermatt d'un côté, et ses concurrents de l'autre. A 24 ans, le Nidwaldien n'a peut-être pas encore complètement réalisé son extraordinaire potentiel, mais il est d'ores et déjà loin devant tous les autres.

Ce samedi à Adelboden, sur la mythique Chuenisbärgli qui constitue la grande classique de la saison de slalom géant, le jeune homme a livré une prestation impressionnante pour s'imposer avec 0''48 d'avance sur l'Autrichien Manuel Feller pourtant étincelant en deuxième manche.

Relire: Adelboden et Wengen dans une bulle de normalité

Et notre portrait de ce géantMarco Odermatt, seul au monde

Le Français Alexis Pinturault, dernier vainqueur du grand globe de cristal, complète le podium mais perd pied, semaine après semaine, au classement général de la Coupe du monde. Celui qui semble promis à lui succéder y compte déjà 845 points. 376 de plus que son plus proche poursuivant, le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde. Un monde.

Depuis le début de la saison, Marco Odermatt a disputé douze courses. Il a terminé huit fois sur le podium, dont au moins une dans chacune des trois disciplines qu'il dispute (géant, super-G, descente). Et il en a remporté cinq. Toujours, il dégage cette impression incroyable de facilité, de fluidité. Il peut même s'autoriser quelques erreurs sans que cela ne lui porte préjudice, comme ce fut le cas ce samedi en deuxième manche sur la Chuenisbärgli.

Une première depuis 2008

Extatique en franchissant la ligne d'arrivée, il est devenu le premier Suisse à s'imposer lors du géant d'Adelboden depuis Marc Berthod en 2008, signant le neuvième succès de sa jeune carrière. «C'est incroyable, je ne sais pas quoi dire, a-t-il relevé au micro de la RTS. Tout a fonctionné malgré des erreurs. Gagner ici, c'est franchement ce qu'il y a de plus beau. Et j'avais de la pression des deux côtés. Il y avait celle que je me mets à chaque course et celle mise par l'environnement parce que je comptais trois succès et que je porte le dossard rouge de leader.»

Derrière lui, le Valaisan Justin Murisier a terminé quatrième, au pied du podium mais à bonne distance de la troisième place. Huitième, Loïc Meillard entre également dans le top 10, tandis que Gino Caviezel a fini onzième pour compléter une prestation d'ensemble satisfaisante pour l'équipe de Suisse.

Ce dimanche, les slalomeurs auront à cœur de faire aussi bien devant le chaud public de l'Oberland bernois. Première manche à 10h30, seconde à 13h30.