Au gré des différentes dates de mise en application des décisions cantonales, les joueurs amateurs de football, basketball ou de hockey sur glace ont pu ou peuvent encore pratiquer leur sport favori jusqu’à vendredi 23h (Fribourg), samedi 23h (Neuchâtel, minuit sur Vaud) et même dimanche minuit à Genève. Mais lundi matin pour tout le monde, c’en sera terminé. Sans doute pour un bon moment.

Lire aussi: Peur sur les stades

Le sport n’est pas complètement en hibernation. A Genève, les piscines et les fitness restent ouverts, alors que Vaud (qui a annulé vendredi le Lausanne Marathon prévu samedi) maintient les compétitions sportives pour les enfants. Dans les deux cas, les bienfaits psychiques ont été jugés d’un intérêt supérieur aux risques potentiels.

Lire également: La renaissance de notre rubrique sport

Huis clos pour les pros

Les autorités cantonales ont également pris la mesure du sport professionnel, autorisé partout à poursuivre ses activités mais à huis clos (Neuchâtel, Valais, Jura) ou avec un maximum de 1000 spectateurs (Fribourg, Vaud, Genève). Les ligues professionnelles de hockey et de football doivent cependant tenir compte des cas positifs. En football, Sion, Bâle et Winterthour sont en quarantaine ce week-end. En hockey, seules deux des cinq rencontres de Swiss League prévues vendredi ont été maintenues, quatre clubs (Viège, Sierre, GCK Lions, Winterthour) étant en quarantaine.

Mais jouer sans ou avec peu de spectateurs en vaut-il la peine? «Pour le moment, on joue, on essaye de tenir le calendrier, confirme Philippe Guggisberg, porte-parole de la Swiss Football League (SFL). Mais c’est vrai que cela devient à nouveau très difficile économiquement.» Un autre problème pour la SFL est que ses clubs ne sont pas tous logés à la même enseigne: le FC Zurich peut remplir son stade aux deux tiers, Young Boys est limité à 1000 spectateurs, le FC Sion est contraint au huis clos. «Quand nous avons discuté avec les cantons pour faire revenir le public, il était important que la règle soit la même partout, reprend Philippe Guggisberg. Mais il était clair également que la situation pouvait changer. Et elle pourrait encore évoluer si le Conseil fédéral prend d’autres mesures…» La conseillère fédérale Viola Amherd a invité Swiss Olympic et les représentants des sports d’équipe à une table ronde virtuelle sur le sport le mercredi 28 octobre.