Ce devait être une première historique: jamais, depuis sa création en 1967, la Coupe du monde de ski alpin n’avait fait étape en Chine. A deux ans des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, un test grandeur nature allait enfin être mené dans la station de Yanqing les 15 et 16 février, avec des épreuves masculines de super-G et de descente.

Mais Beat Feuz et ses concurrents ne feront finalement pas le déplacement. La Fédération internationale de ski a annulé l’événement en raison du coronavirus qui ne cesse de se propager depuis Wuhan. Il y a plus de 1200 kilomètres entre la montagne Xiaohaituo et l’épicentre de l’épidémie, mais pas question d’exposer les athlètes au moindre risque.

Lire aussi: Le coronavirus chinois en cinq questions

Depuis quelques années, la Chine accueille de nombreuses compétitions sportives d’envergure internationale, tout au long de l’année. Le même principe de précaution bouleverse donc le programme de nombreuses disciplines sportives, et ce n’est peut-être qu’un début.

Mercredi, World Athletics a décidé de repousser d’une année les Championnats du monde en salle prévus du 13 au 15 mars à Nankin. Ils auront lieu en 2021. «Le conseil de notre équipe médicale, qui est en contact avec l’Organisation mondiale de la santé, est que la propagation du coronavirus tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Chine continue d’être inquiétante et qu’aucun rassemblement susceptible d’être repoussé ne devrait se tenir», précise la fédération internationale dans son communiqué.

Footballeuses en quarantaine

Les organisateurs des X-Games, grand raout des sports freestyle qui devait faire une première incursion sur le territoire chinois du 21 au 23 février à Chongli, ont également décidé de remettre l’événement à plus tard. Plusieurs tournois qualificatifs pour les Jeux olympiques de Tokyo, qui auront lieu cet été, ont aussi été délocalisés dans d’autres pays (la Jordanie pour la boxe, la Serbie pour le basketball).

La liste des événements sportifs de portée moins globale qui font les frais de l’épidémie de coronavirus, de son côté, ne cesse de s’allonger. La Supercoupe de Chine de football, qui devait opposer le Shanghai Shenhua au Guangzhou Evergrande le 15 février, a été repoussée jusqu’à nouvel avis. Comme le début de la nouvelle ligue chinoise de basketball (qui devait débuter le 1er février). Les Championnats d’Asie d’athlétisme, les Jeux chinois d’hiver et le marathon de Hongkong, qui devaient se dérouler en février, se tiendront ultérieurement ou seront tout bonnement annulés.

Lire aussi: La Chine en ébullition face au coronavirus

De son côté, l’équipe de Chine féminine de football est retenue en quarantaine dans un hôtel de Brisbane, où elle restera jusqu’au 5 février. La sélection se trouve en Australie pour disputer un tournoi de qualification olympique qui devait à l’origine avoir lieu à Wuhan, avant d’être délocalisé en première instance à Nankin, puis finalement hors des frontières du pays. Aucune des 32 personnes chinoises en quarantaine n’a jusqu’ici montré le moindre symptôme, mais les autorités guettent et se tiennent prêtes à organiser un transfert vers un hôpital au moindre signe. Il est déjà clair que la formation ne pourra pas disputer son premier match comme prévu, le 2 février.

Explorez le contenu du dossier