La décision était attendue, avec crainte pour certains, espoir pour d’autres, scepticisme pour quelques-uns et fatalisme pour beaucoup. Elle ne faisait guère de doute et le peu de suspense est tombé en fin de matinée, deux heures avant la conférence de presse prévue. Lundi, un porte-parole du comité exécutif de l’Agence mondiale antidopage (AMA) a annoncé l’interdiction faite à la Russie de prendre part aux grandes compétitions sportives internationales, pour une durée de quatre ans.

Lire aussi notre éditorial: Russie: une sanction forte, exemplaire mais tardive