Enfin! La longue trêve hivernale – deux mois et demi – du championnat suisse de football a touché à sa fin vendredi soir avec la première rencontre du tour final de ligue nationale A entre Grasshoppers et Saint-Gall. Toujours décriée, la formule qui divise les points par deux au terme du premier tour a au moins le mérite d'entretenir le suspense. Et cette année encore davantage qu'à l'accoutumée. Rarement en effet les forces en présence sont apparues aussi équilibrées. Et la course au sacre revêt un intérêt particulier cette saison puisque la juteuse Ligue des champions 2001-02 est ouverte aux deux premiers du classement final (grâce aux résultats des clubs suisses en Europe ces cinq dernières années). Le dauphin participera à la prestigieuse compétition européenne dès le deuxième tour qualificatif, alors que le champion sera directement qualifié pour le troisième tour. Coup de projecteur sur les forces en présence.

Quatre favoris

Quatre équipes paraissent au-dessus du lot et devraient en découdre pour la première place. Tout d'abord, le champion d'automne, Lugano. Très régulière, la formation de Roberto Morinini ne présente pas le jeu le plus chatoyant du pays, mais peut compter sur la meilleure défense (16 buts encaissés) et sur une paire d'attaquants argentins efficaces. Gimenez (14 buts) et Rossi (6 buts) sont une garantie. De plus, l'arrivée de Kubilay Türkyilmaz, en provenance de Brescia, constitue un renfort de poids. Pour autant que le centre-avant de l'équipe nationale s'intègre dans son nouvel environnement et qu'il ne connaisse pas de problèmes physiques, récurrents ces derniers mois. L'international junior Goran Grubesic, transfuge du FC Winterthour, est une promesse d'avenir. A l'exception de Michael Hoy, parti à Neuchâtel Xamax, l'entraîneur peut donc travailler avec un groupe homogène. Toute la ville attend un quatrième titre depuis 1949.

Dauphin de Lugano lors du premier tour, le champion en titre Saint-Gall ne va pas lâcher son sceptre sans sourciller. Comme d'habitude, le premier atout des Saint-Gallois demeure son fidèle public, capable de tenir le rôle de douzième homme. Marcel Koller a insufflé un jeu collectif brillant et désormais bien huilé. Reste tout de même une interrogation: comment l'équipe va-t-elle digérer le départ de Charles Amoah à Sturm Graz? Meilleur buteur la saison dernière (24 buts) et auteur de 12 buts lors du premier tour, la force de frappe du Ghanéen va manquer.

Grasshoppers a mis fin à ses folies dépensières, mais demeure tout de même ambitieux. Hans-Peter Zaugg a donné sa chance à des jeunes depuis son arrivée au club. L'entraîneur peut également compter sur les arrivées du Servettien Luca Ippoliti et des Xamaxiens Henri Camara et Papa Bouba Diop, qui devraient compenser les départs d'Antonio Esposito (Cagliari) et Hakan Yakin (Bâle). Enfin, le Servette FC paraît en mesure de viser le titre. La patte de Lucien Favre ne se voit encore que par à-coups, mais les «grenat», s'ils réussissent d'entrée une bonne série, seront redoutables. Alex Frei et Goran Obradovic devront faire oublier Ippoliti et Alexandre Rey (parti à Lucerne), mais les deux jeunes ont un potentiel certain. Sur le plan offensif, les Genevois ont un potentiel enviable.

Deux outsiders

Derrière ce quatuor, deux équipes se présentent en outsiders. Le FC Bâle, doté d'un stade moderne de quelque 36 000 places, pourra compter sur le soutien inconditionnel de ses fervents supporters. L'équipe de Christian Gross s'est également renforcée dans le secteur offensif (Yakin et Tum), mais a montré quelques soubresauts dans la première phase, notamment sur le plan défensif, qui demeure le maillon faible de l'édifice. Le Lausanne-Sports commence une nouvelle aventure avec Victor Zvunka, appelé au début janvier à remplacer Pierre-André Schürmann. Le Français a d'emblée imposé ses exigences: rigueur et discipline. Comme les Vaudois n'ont pas connu de grands changements – ils ont tout de même perdu Javier Mazzoni (parti en Espagne) et Pape Thiaw, engagé en Coupe d'Afrique, sera absent par moment, ils peuvent réellement jouer les trouble-fête.

En se qualifiant pour le tour final, le FC Sion a déjà rempli son contrat. L'entraîneur Henri Stambouli, sans pression particulière, est dans de bonnes conditions pour poursuivre son excellent travail et créer quelques surprises, notamment à Tourbillon. Shaun Bartlett parti en Angleterre, le FC Zurich a perdu son meilleur atout en attaque. Gilbert Gress comptera sur les Géorgiens Jamarauli et Kawelachwili pour le faire oublier.

A noter que, durant ce printemps, l'équipe nationale retiendra également l'attention avec quatre rencontres décisives pour la qualification à la Coupe du monde 2002. Avec un point en deux matchs, les hommes d'Enzo Trossero n'ont plus droit à l'erreur. De plus, les supporters romands auront un œil sur le tour de promotion-relégation LNA-LNB où Neuchâtel Xamax et Yverdon tenteront de sauver leur place parmi l'élite (lire nos éditions du 23 février). Alors que Delémont et Etoile Carouge joueront eux pour leur maintien en LNB.