Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Stan Wawrinka en Australie, le 25 janvier 2016.
© © Jason Reed / Reuters

Tennis

Pour Stan Wawrinka, encore grippé, la défaite fait moins mal

Le Vaudois quitte l’Open d’Australie en 8e de finales. Il s’est incliné en 5 sets face au Canadien Milos Raonic. Diminué physiquement, il estime que son état de forme ne lui permettait pas d’avoir une vraie chance

Essayé, pas pu. C’est ce qui ressort des confessions de Stan Wawrinka après sa défaite en 5 sets (6-4, 6-3, 5-7, 4-6, 6-3) face à Milos Raonic. Le Canadien, dont le jeu a énormément progressé et en confiance après son titre à Brisbane, a joué le feu. Et ce dès l’entame. Alors qu’en face, le Vaudois n’était clairement pas le Stan des grands jours.

La faute à un refroidissement qu’on croyait derrière lui et qui, en réalité, l’affaiblit depuis dix jours. «Je sais quand je me sens bien et quand je me sens un peu moins bien, confie-t-il. Quand tu joues les 8e et un joueur comme Raonic, tu dois être au top pour pouvoir le pousser au maximum et avoir une chance de le battre et aujourd’hui ça a été plus difficile que prévu. Il y a du positif dans le sens où malgré tout j’arrive à le pousser jusqu’au 5e et à prendre les petites opportunités qu’il me laisse. Mais j’ai l’impression que déjà avant le match, je partais de trop loin.»

«J’ai peu de regrets»

Du coup, le vainqueur de l’open d’Australie 2014 ne semble même pas si triste que ça de quitter ce tournoi dès les 8e, ce qui ne lui était plus arrivé depuis sa fameuse défaite déclic face à Novak Djokovic en 2013. «Une défaite reste une défaite. Il y a forcément de la déception. Maintenant, je suis déçu mais sans plus. Je ne sais pas si c’est à cause de mon âge ou de mes résultats ces dernières années, mais ça fait moins mal. A partir du moment où je donne tout sur le terrain, j’ai beaucoup moins de regrets.»

Pourtant après le gain du 4e set pour revenir à deux sets partout, on aurait pu imaginer qu’il soit suffisamment rechargé mentalement pour s’emparer du 5e et du match. Mais Raonic n’a pas baissé la garde, au contraire. «A ce moment – là, poursuit Wawrinka. Je vois que ça peut tourner bien sûr. Lui m’a laissé revenir dans le match. Et un 5e set ça ne joue pas sur le physique ni sur le jeu mais sur le mental. Donc sur le moment j’essaie de le pousser un peu plus. Ca aurait pu tourner mais ça n’a pas été le cas.»

Lire aussi: À Melbourne, Stan Wawrinka avance en confiance

Retour express en Suisse

Magnus Norman a aussi cru que le match allait tourner en faveur de son poulain au 5e. «Il rentrait de nouveau dans le match et j’avais vraiment un bon feeling au début du 5e. Je suis déçu bien sûr mais c’est la vie. Il a essayé tout ce qu’il a pu. Il n’y a pas de regret.»

Wawrinka a prévu de sauter dans le premier avion pour la Suisse où il va essayer de se remettre d’aplomb physiquement. Le retour à la compétition, ce sera à Marseille puis Dubaï et Indian Wells.

Lire également: La nouvelle tenue de Stan Wawrinka, le boss en Stabilo

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL