Tennis

Stan Wawrinka joue mal mais se console: «Je reste dur à battre»

Mal embarqué, le Vaudois a trouvé les ressources pour se défaire du 34e joueur mondial, le Slovaque Martin Klizan, en cinq sets (4-6 6-4 7-5 4-6 6-4)

Le premier tour de l'Open d'Australie a failli être fatal lundi à trois membres du top 10. Comme Kei Nishikori et Marin Cilic, Stan Wawrinka a dû aller au bout des cinq sets pour éliminer le Slovaque Martin Klizan en 3h26 de jeu (4-6 6-4 7-5 4-6 6-4). Pas la meilleure façon d'entamer la quinzaine mais le Vaudois, mené 3-4 et 15-40 dans la cinquième manche, se contentait lundi soir d'être toujours en vie. «C'est toujours le plus important en Grand Chelem: continuer son chemin le plus longtemps possible.»

Lire aussi:  Roger Federer domine son trac puis son adversaire

- Le Temps:  Avez-vous pensé perdre ce match?

- Stan Wawrinka: Il y a toujours des moments où l'on se voit perdre. A break contre moi dans le cinquième set, c'était une éventualité. Mais je savais aussi que je suis toujours dur à battre, que l'adversaire aurait du mal à conclure. C'est ce qui s'est passé. Ces dernières années, j'ai gagné pas mal de matchs au mental.

- Comment expliquez-vous vos difficultés du jour?

- Les premiers tours sont toujours difficiles. Je m'attendais à un match compliqué. Lui a bien joué, a réussi beaucoup de belles choses, il ne m'a pas permis de mettre du rythme. Bien sûr, si j'avais concrétisé quelques unes de mes balles de break en début de match [0/7 dans la première manche, contre 1/1 pour son adversaire], tout cela aurait été plus facile.

- Lors du cinquième set, vous semblez viser délibérément Klizan, touché au corps assez violemment. Que s'est-il passé?

- «Il m'est arrivé plusieurs fois de rater un point facile parce que justement, il n'y avait plus qu'à remettre la balle de l'autre côté. A cet instant du match, je n'ai voulu prendre aucun risque et je me suis appliqué pour bien frapper la balle. Ce qui n'était pas prévu, et qui est assez rare, c'est que mon adversaire s'est arrêté de jouer à un mètre du filet.»

- Connaissez-vous votre prochain adversaire, l'Américain Steve Johnson?

- Il possède un très bon service, un bon kick, il slice beaucoup en revers. Il était top 15 l'an dernier [aujourd'hui 30e mondial], donc c'est un bon joueur. Mais je suis prêt, j'ai confiance en moi et je n'ai pas le sentiment d'avoir puisé dans mes réserves.»

Publicité