Tennis

Stan Wawrinka s’invite à Genève

Le Geneva Open (18 au 25 mai) s’est fait une spécialité d’accueillir de grands joueurs en manque de compétition avant Roland-Garros. Wawrinka et Dimitrov complètent cette année une affiche déjà alléchante

Les organisateurs des tournois de tennis ont beau se préparer avec minutie durant toute l’année, ils savent que tout se joue au dernier moment, et que la réussite de leur entreprise dépendra en définitive d’un état de forme ou de la météo. Tous le savent, et beaucoup le craignent. Depuis cinq ans, le Geneva Open a appris à en jouer.

Placé juste avant Roland-Garros, point d’orgue de la saison de terre battue, le tournoi genevois a fait de sa faiblesse supposée (il n’est plus l’heure de se préparer) une force (il y a toujours des retardataires, et non des moindres). «C’est l’une de nos grandes forces, admet le directeur du tournoi, Thierry Grin. Nous avons ainsi pu accueillir par le passé Marin Cilic, Kei Nishikori ou David Ferrer.» Cette année, le tournoi fait coup double avec les présences de Stan Wawrinka et Grigor Dimitrov, deux grands noms d’ordinaire difficilement accessibles pour un tournoi de la catégorie ATP 250.

Besoin de rejouer

La présence de Wawrinka doit beaucoup à sa défaite lundi au premier tour du Masters 1000 de Rome face à David Goffin. Très bon la semaine passée à Madrid, le Vaudois n’a pas pu enchaîner (défaite 4-6 6-0 6-2) et a donc besoin de rejouer. «Nous étions en discussion avec Stan depuis longtemps, détaille Thierry Grin. Ces négociations n’avaient pas pu aboutir au moment de l’Open d’Australie mais nous étions restés en contact.» Il faut comprendre que les deux parties n’étaient pas parvenues à un accord financier. En position de demandeur, Wawrinka a probablement accepté de revoir ses prétentions à la baisse. «Les joueurs connaissent le marché, ils savent que les budgets sont faits et que la part consacrée aux engagements est déjà largement allouée», précise le directeur.

Grigor Dimitrov avait lui aussi besoin de jouer. Le Bulgare a donc a sollicité une wild card. Comme l’ATP n’autorise que trois invitations et que deux étaient déjà attribuées (à l’Espagnol Feliciano Lopez et au Serbe Janko Tipsarevic), il n’en restait qu’une. La solution est venue d’Andre Agassi, coach de Dimitrov, à en croire Rainer Schüttler. «Andre estime que Grigor a besoin de jouer et a demandé une wild card pour les qualifications», explique l’ancien joueur allemand, copropriétaire du Geneva Open.

Lire également: Sur le court et en dehors, Stan Wawrinka revient fort

Dimitrov, vainqueur des Masters 2017, sera ainsi sur le court du parc des Eaux-Vives dès samedi. Exempt de premier tour, Stan Wawrinka devrait débuter mardi ou mercredi. Hiérarchiquement parlant, les vraies têtes d’affiche du tournoi sont l’Italien Fabio Fognini, vainqueur du Masters 1000 de Monte-Carlo et 12e joueur mondial, et le Russe Daniil Medvedev, 14e mondial. Il y a moins d’un mois à Monaco, ils faisaient mordre la terre battue à Rafael Nadal et Novak Djokovic. Ce cinquième Geneva Open a fière allure; il ne reste qu’à prier pour la météo.


Retrouvez tous nos articles consacrés à l’actualité du tennis

Publicité