Tennis

Pour Stan Wawrinka, un obstacle de taille

On a cru un temps que les joueurs de très grande taille allaient révolutionner le tennis. Ils ne peuvent que faire rouler quelques têtes sur le gazon, comme celle de Stan Wawrinka, tombé sous les coups de l’Américain Reilly Opelka et ses 2,13 m

Dans le monde du tennis, on les appelle «les gros serveurs». Un euphémisme pour ne pas trop stigmatiser les joueurs de très grande taille (la caractéristique physique que l’on pointe, souligne et juge le plus sans la moindre gêne). Sur le circuit ATP, ces doubles-mètres sont la plupart du temps d’indolents compagnons de voyage, mais à Wimbledon – le blanc, peut-être – les voici rois de l’azur, princes des nuées.

Stan Wawrinka avait affaire à l’un de ces albatros de la raquette, mercredi au deuxième tour: l’Américain Reilly Opelka, 21 ans, 63e joueur mondial, des faux airs d’Averell Dalton mais vainqueur de Wimbledon juniors en 2015 et surtout 213 centimètres sous la toise. Avec le bras plus la raquette, ses services deviennent des smashs qui catapultent la balle à plus de 220 km/h et Wawrinka parfois jusque dans les bâches (il heurta même involontairement une juge de ligne à force de reculer). Un obstacle de taille, donc, que le Vaudois (1,83 m) ne put jamais contourner. Opelka s’imposa en cinq sets, 7-5 3-6 4-6 6-4 8-6, dans un match où 250 des 307 points se jouèrent en moins de cinq coups.