L’absence controversée de Stanislas Wawrinka l’an dernier aux Swiss Indoors de Bâle n’est plus qu’un mauvais souvenir. Le numéro deux suisse a retrouvé un statut d’enfant du pays jeudi sur le court central de la Halle Saint-Jacques. Il a conquis le public en livrant une partition solide face à Robin Haase. Après avoir perdu le premier set et gaspillé huit balles de break au début du deuxième, Wawrinka a su rester calme et se montrer agressif pour finalement venir à bout du Néerlandais dominé physiquement.

«C’était un match compliqué comme à chaque fois que je joue contre lui. C’est un très bon joueur, capable de très bien servir et j’ai eu pas mal de difficultés à trouver ma ligne en retour de service. J’ai eu beaucoup d’hésitations dans le premier set. Je ne savais pas si je voulais être agressif, si je voulais être derrière, jouer en slice ou en lift. Et pour finir, j’étais trop passif et lui ai laissé le temps de venir au filet et d’être tranquille sur ses jeux de service, analyse le Vaudois. Il fallait être patient mentalement pour ne pas trop s’énerver en voyant que je ne parvenais pas à concrétiser les occasions qui se présentaient. Mais à partir du moment où j’ai fait le break, j’ai réussi à tenir ma ligne, à être plus agressif et, du coup, à lui laisser beaucoup moins de temps.»

En quart de finale, vendredi, Wawrinka sera opposé à Florian Mayer (ATP 22). Avec sa frappe de revers particulière, l’Allemand est considéré comme l’un des joueurs les plus atypiques du circuit. Le Vaudois l’a affronté une fois mais sa mémoire a étonnamment occulté cette rencontre remontant à janvier 2006 à Auckland. Wawrinka s’était imposé sur le score de 6-3 6-3. «Je vais vérifier parce qu’honnêtement, je ne m’en souviens pas du tout, avoue-t-il. Mais le fait de l’avoir battu ne veut rien dire. Beaucoup de choses ont changé depuis 2006. Je m’attends à un match difficile.» Conscient du piège que peut constituer effectivement une telle rencontre, «Stan» évite de penser à la suite. Et surtout à une éventuelle demi-finale contre Roger Federer samedi. Pour que ce derby suisse ait lieu, outre une victoire de Wawrinka sur Mayer, il faudra aussi celle du Bâlois face à Andy Roddick.