Sa performance fut convaincante et de bon augure. Une semaine après sa victoire au tournoi de Chennai, Stanislas Wa­wrinka a livré un match solide face au Russe Teymuraz Gaba­sh­vili (ATP 78), battu en trois sets 7-6 (7/3) 6-4 6-4. Malgré un break concédé dans la première manche, il ne s’est pas laissé démonter. «J’ai su rester concentré sur mes jeux de service pour pouvoir ensuite le dominer. Et je suis parvenu à recoller au score dans le premier et à faire le break dans les deux sets suivants. C’était l’essentiel», explique le Vaudois. «J’ai fait mon job. J’ai su gagner en intensité dans les moments importants.»

Un Bulgare talentueux

Au deuxième tour, Wawrinka affrontera Grigor Dimitrov, certes issu des qualifications puisqu’il ne pointe qu’à la 105e place du classement ATP, mais visiblement très prometteur. Champion juniors de Wimbledon et de l’US Open en 2008, le Bulgare est un ancien poulain de Peter Lundgren, l’actuel coach de Wawrinka. «Je ne l’ai jamais vu jouer mais Peter m’a parlé de lui, confie le Vaudois. Il est très talentueux, c’est indéniable. Il a apparemment toutes les armes pour devenir un grand joueur. Je m’attends à une rencontre extrêmement difficile. Après ses trois matches dans le tableau des qualifications et sa victoire aujourd’hui [lundi] sur Andrey Golubev, il doit être en confiance. A moi d’élever mon niveau de jeu pour ce deuxième tour.»

Le Vaudois ne pense pas encore à l’éventualité d’un quart de finale 100% suisse face à Roger Federer: «La route est encore très longue. Il y a de gros matches à gagner avant de pouvoir penser à ça. Je viens de gagner le premier tour et je vais me concentrer un maximum pour ce deuxième tour contre Dimitrov.»

La première journée de l’Open d’Australie avait d’abord mal commencé pour la Suisse, avec une nouvelle défaite au premier tour d’un Grand Chelem pour la Vaudoise Timea Bacsinszky, sèchement battue 6-0 6-3 par la Roumaine Monica Nicolescu, moins bien classée qu’elle, mais devenue, à ses dires, sa «bête noire». Le jeu de Nicolescu, en particulier, empêche Bacsinszky de construire ses points.