Un dernier revers à une main, tout en relâchement malgré la tension extrême d’une (troisième) balle de match, qui laisse Rafael Nadal à quatre mètres de la balle. Il y avait un peu du Stan Wawrinka des bons jours dans l’attitude de Stefanos Tsitsipas, au moment de boucler son tour de force, l’élimination de Rafael Nadal en cinq manches et quatre heures de jeu, après avoir déjoué durant plus d’une heure et remonté deux manches de retard (3-6 2-6 7-6 6-4 7-5).

Medvedev, le plus dangereux?

Il faudra à Tsitsipas la constance et la ténacité du Wawrinka de 2014 pour aller au bout et battre (probablement) le numéro un mondial (Novak Djokovic) en finale après le numéro deux en quart. Le Vaudois y était parvenu dans l’ordre inverse, et avait eu la tâche un peu plus aisée en demi-finale avec Tomas Berdych. Le Grec, lui, devra d’abord passer vendredi par Daniil Medvedev, le joueur le plus impressionnant depuis le début du tournoi, invaincu depuis Bercy en novembre dernier, et qui a cuit à l’étouffée son compatriote Andrei Rublev (7-5 6-3 6-2) un peu plus tôt dans la journée.