L'étape de vendredi entre Saint-Galmier et Saint-Flour (201,5 km) était difficile à classer. En théorie, elle devait permettre aux attaquants de se mettre en évidence, tout en offrant aux ténors du classement général la possibilité de souffler avant d'affronter les Pyrénées. Comme prévu dans le scénario, la victoire est revenue à un coureur offensif: David Etxebarria, de l'équipe Once. L'Espagnol a franchi la ligne d'arrivée en solitaire, après avoir faussé compagnie à ses compagnons d'échappée dans la dernière difficulté de la journée, la côte de Védrines-Saint-Loup (3e catégorie) située à moins de 20 kilomètres de Saint-Flour. François Simon, le champion de France, a terminé deuxième à 25''. Alberto Elli, troisième à 33''. Le peloton a terminé à plus de 12 minutes.

A priori, rien de particulier pour une étape de transition. Et pourtant. Le suspense n'a pas seulement valu pour les pronostiqueurs du tiercé gagnant. Car, dans les échappés du jour, d'abord quatorze, se trouvait Stéphane Heulot. Au départ, le Français, 21e du général, ne constituait pas vraiment un danger. Son retard sur Lance Armstrong dépassait les 20 minutes. Raison pour laquelle le peloton lui a accordé un bon de sortie, comme il l'avait fait pour Massimiliano Lelli et Alberto Elli en tout début de journée, puis à une douzaine d'autres coureurs.

Derrière, personne ne veut organiser la chasse. Le peloton, sous le contrôle de coéquipiers du maillot jaune, roule tranquillement. Et les échappés augmentent régulièrement leur avance, d'autant qu'en tête de la course, les offensives se succèdent. A 20 kilomètres de l'arrivée, le peloton se trouve à 13'45. Le temps de tapoter sur la calculette et c'est la panique. Avec une telle avance, Stéphane Heulot piège presque tout le monde. Il est virtuellement second du classement général, devant Abraham Olano, Alex Zülle et Laurent Dufaux. Seul Lance Armstrong reste calme. Son maillot de leader n'est pas menacé. L'étape qui devait être tranquille devient passionnante.

Les Banesto, pour Alex Zülle, et les Saeco, pour Laurent Dufaux, remontent le peloton et accélèrent la cadence. Lance Armstrong se frotte les mains. La situation permet à son équipe de déléguer le poids de la course à ses adversaires. Il se contente d'être présent à l'avant du peloton. Malgré le danger, Abraham Olano ne fait pas donner sa garde. Il protège David Etxebarria, qui se trouve à l'avant.

Le suspense dure douze minutes. Finalement, Stéphane Heulot, qui affirme s'être retrouvé devant par hasard, atterrit au 6e rang du classement général, juste devant Richard Virenque. Pour Abraham Olano, Alex Zülle, Laurent Dufaux et Fernando Escartin, son escapade ne portera pas à conséquence.

Aux anges, David Etxebarria évoque lui aussi la chance pour expliquer sa victoire. Au départ, il ne s'était glissé dans l'échappée que pour protéger Abraham Olano, son leader. Mais, une fois devant, le vainqueur du Tour de l'Avenir 96 a su faire la différence pour décrocher un succès de prestige qui lui permettra peut-être de préparer sa reconversion: en récompense de son exploit, l'Espagnol a reçu une génisse, cadeau de la municipalité de Saint-Flour…