Difficile de croire que Steve Guerdat effectuait son premier Grand Prix avec Nasa, vendredi soir à Palexpo. Au terme d’un barrage extrêmement rapide, il a pris bien des risques pour remporter pour la troisième fois l’épreuve qualificative de Genève. Nasa, jument grise de dix ans, a été achetée par son nouveau sponsor, Urs Schwarzenbach, il y a seulement trois semaines. Mais Steve Guerdat a toujours cru en son potentiel. Dix jours auparavant, en conférence de presse, il confiait déjà qu’il se verrait bien emmener cette monture à Londres pour les Jeux olympiques. «Je suis sous le choc, a-t-il bredouillé durant la remise des prix. Je n’aurais jamais essayé d’aller si vite avec un nouveau cheval si je ne montais pas à Palexpo devant ce public.» Sur sa piste fétiche et devant des spectateurs acquis à sa cause, le Jurassien a déjà remporté le top ten, une manche de finale de la Coupe du monde et une étape de la Coupe du monde. Sa victoire avec Nasa en rappelle une autre, celle de 1996 quand il s’imposait avec une jument qu’il ne connaissait qu’à peine, Jalisca Solier, devenue depuis sa partenaire de tous les exploits.

Werner Muff a pris la deuxième place de l’épreuve devant le champion d’Europe en titre, Rolf-Göran Bengtsson. Le Lucernois, remplaçant lors des deux derniers championnats d’Europe, se profile pour prendre la quatrième place de l’équipe de Suisse pour les JO de Londres, Steve Guerdat, Beat Mändli et Pius Schwizer semblant indéboulonables sauf accident.

A noter enfin que ce Grand Prix qualificatif pour l’épreuve de dimanche a réservé de drôles de surprises, puisque les principaux favoris ont mordu la poussière alors qu’une myriade de cavaliers suisses se sont emparés d’un des douze sésames disponibles.