Hippisme

Steve Guerdat trop fort sur Alamo

Premier grand temps fort du CHI de Genève, la finale du Top 10 vendredi soir a permis au cavalier jurassien de signer sa dixième victoire à Palexpo

Très impressionnant durant toute la saison équestre, Steve Guerdat ne pouvait rêver meilleur départ vendredi à Genève. Devant «son» public, le Jurassien a remporté la finale du Top 10, épreuve réunissant les dix premiers cavaliers du classement mondial, laquelle se tenait pour la quatorzième fois à Palexpo. Déjà vainqueur en 2014, Guerdat l’a emporté en barrage, devant le Suédois Henrik von Eckermann et l’Américain McLain Ward. L’autre Suisse engagé dans cette épreuve prestigieuse, Martin Fuchs, a pris la 5e place sur Clooney, alors que le tenant du titre, le Français Kevin Staut, n’avait pas réussi à se qualifier durant la saison.

C’est la dixième victoire de Steve Guerdat sur la piste de Palexpo, qui égale ainsi le record du Brésilien Rodrigo Pessoa. En 2014, il avait gagné avec Jalisca, sa jument préférée, qui devait d’ailleurs mourir quelques semaines plus tard à la suite d’un banal accident. Cette fois, c’est sur Alamo, son troisième cheval (après Bianca et Hanna), qu’il s’est imposé, au temps. Cinq cavaliers ont réussi un double sans faute (sept s’étaient qualifiés pour le barrage), mais aucun n’a pu suivre le train d’enfer mené par Alamo, d’abord un peu laborieux, puis impressionnant de puissance et de vitesse après la sortie du double. «Ce cheval a un galop fantastique et, sur une piste pareille, on peut en profiter», expliquait Steve Guerdat en conférence de presse, à la fois «ravi et très ému de cette nouvelle grande victoire à Genève».

Lire aussi: «Révéler le potentiel d’un cheval est une joie»

Propriété du cavalier mexicain Gerardo Pasquel Mendez, Alamo a rejoint le piquet de Steve Guerdat en 2017. Le duo avait signé sa première grande victoire à Helsinki, où Guerdat nous avait parlé d’Alamo. «J’étais persuadé que c’était un bon cheval, mais je ne savais pas jusqu’à quel point. On ne sait jamais. J’éprouve énormément de plaisir à faire apparaître le potentiel qu’un cheval possède. En ce qui me concerne, c’est même pour ces moments-là que je travaille toute l’année. Je n’aurais personnellement pas beaucoup d’excitation à gagner avec un cheval déjà victorieux que j’aurais acheté très cher. Amener un cheval à la victoire, c’est une tout autre sensation et une bien plus belle récompense. On a réussi à comprendre l’animal et à lui faire comprendre qu’il peut le faire.»

Isabell Werth détrônée

Dans l’autre finale de la soirée, l’épreuve de dressage a vu la victoire de l’Allemande Jessica von Bredow-Werndl, montant Dalera, sur la grandissime favorite Isabell Werth. Invaincue à Genève, Werth a été dominée deux fois, d’abord jeudi lors du Grand Prix, puis vendredi en fin de soirée dans la reprise libre en musique. La Genevoise Antonella Joannou et son fidèle Dandy de la Roche CH se sont classés 5es.

Publicité