C’était jeudi soir, à la sortie du paddock monté sur la place Bellerive. Steve Guerdat était venu, comme promis, à la fin de sa journée. Il s’était brièvement arrêté au bureau des cavaliers, puis avait proposé de s’asseoir dans la zone des bars et food trucks, au milieu du public. Bon, il faut dire qu’il n’y avait déjà plus grand monde. Comme souvent, il était d’un abord un peu raide mais son visage s’était ensuite illuminé, comme à chaque fois qu’il peut faire comprendre et partager sa passion des chevaux et de son sport.

Lire aussi: Steve Guerdat, le maître-étalon