Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le maillot de l’équipe de football de l’Uruguay version 2018: quatre étoiles pour deux victoires en Coupe du monde et deux titres olympiques.
© FRANCK FIFE/AFP

Football

Quand la Suisse battait la Suède et jouait la finale de la «Coupe du monde»

Episode oublié de l’histoire, l’équipe de Suisse a joué – et perdu 3-0 contre l’Uruguay – la finale du tournoi olympique des Jeux de 1924. Une compétition reconnue par la FIFA comme des «Championnats du monde»

Après ce Suisse-Suède désolant, le supporter se console comme il peut. En se tournant vers l’avenir ou en se replongeant dans le passé. La consultation des archives permet de déterrer un motif, sinon de fierté, du moins de curiosité: le meilleur résultat de l’équipe de Suisse en Coupe du monde n’est pas un quart de finale (1934, 1938, 1954) mais bien une… finale, perdue contre l’Uruguay en 1924.

Suisse-Uruguay en finale de Coupe du monde? Vous vous en souviendriez… Ce match a pourtant bien eu lieu, en finale des Jeux olympiques de Paris. Au stade de Colombes, la Celeste de José Nasazzi battait nettement la Suisse de Max Abegglen, auteur en demi-finale des deux buts de la victoire suisse sur la… Suède. Plus de 40 000 personnes assistaient à l’événement, et 10 000 autres ne purent trouver place à l’intérieur du stade. La Suisse, qui ne pensait pas aller aussi loin dans la compétition, avait déjà ses billets de train de retour et faillit déclarer forfait, faute de pouvoir en acheter d’autres. Une souscription publique lancée par le journal Sport permit de financer les frais supplémentaires.

Lire aussi: Marquer, histoire d’une autocélébration

A cet épisode près, le tournoi olympique de 1924 fait très bonne figure aujourd’hui: 22 équipes (forfait du Portugal) venues d’Europe, d’Amérique du Sud, des Etats-Unis et d’Afrique (Egypte) y participent. On dénombre 471 joueurs (dont seuls 280 jouent, les remplacements en cours de match étaient interdits), une moyenne de quatre buts par match et de 10 000 spectateurs par rencontre. Devant le succès de l’épreuve, la FIFA, qui a supervisé le tournoi, décidera plus tard de reconnaître les épreuves olympiques de 1924 et de 1928 comme des «Championnats du monde de football». Ce ne sera plus le cas à partir de 1932, car la FIFA a entre-temps créé sa Coupe du monde.

Les quatre étoiles de la Celeste

La première édition de la Coupe du monde eut donc lieu en 1930 en Uruguay et fut remportée par le pays organisateur. Vainqueur des Jeux olympiques 1924, 1928 et de la Coupe du monde 1930, la Celeste était incontestablement la meilleure équipe du moment. Elle remportera encore un deuxième titre mondial en 1950 au Brésil. Les spectateurs attentifs de France-Uruguay vendredi en quart de finale constateront que les Uruguayens portent quatre étoiles sur leur maillot. Aux deux victoires en Coupe du monde 1930 et 1950, ils ajoutent les deux titres olympiques de 1924 et 1928. Cette représentation de l’histoire ne leur a jamais été contestée par la FIFA.

La finale olympique de 1924 valut à la Suisse le titre virtuel de «championne d’Europe» (non reconnu celui-là par l’UEFA) ainsi qu’une médaille d’argent, ce qui est toujours mieux que les éternelles médailles en chocolat auxquelles nous sommes habitués depuis.

Le dernier épisode de la série «1 pays, 1 poste»: Le «técnico» argentin, la folie maîtrisée

Publicité
Publicité

La dernière vidéo sport

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Les athlètes suisses reviennent des European Championships de Glasgow/Berlin, qui réunissaient les épreuves de sept fédérations, avec dix-neuf médailles. Retour en images sur les cinq performances les plus marquantes

Dix-neuf médailles: la réussite de Lea Sprunger & Co.

Switzerland's Lea Sprunger reacts after winning the women's 400m Hurdles final race during the European Athletics Championships at the Olympic stadium in Berlin on August 10, 2018. / AFP PHOTO / John MACDOUGALL
© JOHN MACDOUGALL