La Suisse confirme qu’il est difficile de confirmer

Football Les Etats-Unis coriaces à Zurich (1-1)

Quatre jours après sa victoire 3-0 face à l’Estonie en éliminatoire de l’Euro 2016, l’équipe de Suisse a confirmé la vacuité des matches amicaux internationaux. Au Letzigrund de Zurich, plus habitué à voir courir Carl Lewis que Jozy Altidore, la Nati n’a pu faire mieux qu’un poussif 1-1 contre la sélection américaine de Jürgen Klinsmann. Les Américains ont tiré les premiers, un superbe coup franc de Shea juste avant la mi-temps. Le gardien Bürki, qui remplaçait Sommer, n’a pas fait oublier le titulaire. Même constat pour la plupart des remplaçants titularisés par Vladimir Petkovic.

Il fallut le retour aux affaires de Xhaka et Kasami en seconde mi-temps pour que la Suisse réveille un peu le maigre public. Les Américains jouaient les vingt dernières minutes à dix suite à l’expulsion d’Altidore (69e), plus pour insulte à arbitre que pour la faute sur Moubandje. Dix minutes plus tard, Stocker égalisait en renard des surfaces pour prolonger du pointu un centre de Xhaka.

Bons débuts d’Embolo

Dans quelques années, on ne retiendra peut-être de ce match que les débuts de Breel Embolo avec l’équipe de Suisse. Entré à l’heure de jeu pour un Drmic insipide, le jeune attaquant du FC Bâle se signala immédiatement dans son style direct et généreux. S’il n’a pas encore le niveau international, au moins en a-t-il manifesté l’envie. Mardi au Letzigrund, c’était déjà beaucoup.