football

La Suisse éliminée de l’Euro 2012!

La Suisse a tout perdu à Swansea. Battue 2-0 par le Pays de Galles, elle ne disputera pas les barrages de l’Euro 2012

La Suisse a tout perdu à Swansea. Battue 2-0 par le Pays de Galles, elle ne disputera pas les barrages de l’Euro 2012. Le Monténégro a, en effet, arraché le nul à Podgorica face à l’Angleterre pour cueillir le point du bonheur.

Ottmar Hitzfeld ne peut pas blâmer les Anglais. Un nul au Montenegro leur assurait une qualification directe pour l’Euro 2012. Le sélectionneur doit surtout blâmer ses joueurs qui ont été très largement dominés à Swansea. A aucun moment, ils ne furent en mesure de poser le jeu, de stopper la furia adverse.

Le forfait de dernière minute de Philippe Senderos fut un coup dur que la Suisse n’a pas su surmonter. Sans son leader en défense, elle fut bien vulnérable. Le Genevois s’était blessé à la cuisse gauche lors de l’échauffement.

Tout a basculé dans cette rencontre à la 55e minute avec l’expulsion de Reto Ziegler. Le Vaudois a écopé d’un carton rouge pour une faute sur Gunter. Son tort fut d’engager un duel bien trop musclé alors qu’il n’y avait pas vraiment péril en la demeure. Cette expulsion survenue alors que le score était encore nul et vierge a, bien sûr, pesé sur l’issue du match.

Une soirée de chien

Les malheurs de Senderos préfiguraient sans doute cette soirée de chien au Liberty Stadium. Appelé à remplacer le joueur de Fulham, Steve Von Bergen est, en effet, entré à froid pour évoluer aux côtés d’un partenaire - Timm Klose - qu’il découvrait. Face à des Gallois qui ont cherché à jouer très vite dans les trente derniers mètres, Von Bergen fut tout de suite mis sous pression. A la 3e minute, il était averti de manière très sévère pour une faute sur Morison. Il fut ensuite remarquable avant de commettre une seule erreur, à la 37e devant Morison. Mais l’attaquant de Norwich trouvait Benaglio sur sa frappe.

Cette occasion galloise avait le mérite de réveiller les Suisses. Aux 38e et 40e, Inler et Derdiyok rataient d’un rien l’ouverture du score sur deux frappes armées hors de la surface. Le rythme du match s’élevait encore juste avant la pause avec un retour de Behrami devant Morison à la 42e et un dernier raid de Bale. Dans un stade qui n’a pas fait le plein, les Gallois avaient le mérite de jouer ce match avec une détermination extrême alors qu’il ne comportait aucun enjeu pour eux.

Un «bourreau» nommé Chris Gunter

Le scénario ne bougait pas à la reprise. Face à des Gallois «morts de faim», les Suisses ont souffert comme jamais. A la 52e, l’arbitre aurait pu siffler un premier penalty pour une faute de Behrami sur Bale. Puis vinrent les cinq minutes de folie de Chris Gunter. Le latéral de Nottingham Forest provoquait tout d’abord l’expulsion de Ziegler avant d’obtenir un penalty pour une faute de Klose. Le capitaine Ramsey le transformait et plaçait une équipe de Suisse devant une mission presque impossible: revenir au score à dix contre onze.

Ottmar Hitzfeld prenait une première mesure étonnante: il remplaçait Shaqiri, qui avait pris la place de Ziegler, par Rodriguez. Préserver son joyau pour la «finale» de mardi était sans doute louable mais ce coaching traduisait un certain désarroi. Le sélectionneur avait-il déjà fait une croix sur ce match ? La question ne se posait toutefois pas longtemps. Il était plié à la 71e minute. Sur une erreur d’Inler, Bale pouvait partir seul battre Benaglio.

A 2-0, il ne restait plus qu’un espoir pour la Suisse pour ne pas mourir à Swansea le soir où elle concède sa première défaite de l’année: que l’Angleterre fasse le job à Podgorica ! Un espoir immense mais finalement déçu. Le match de mardi à Bâle contre le Monténégro sera un véritable pensum au lieu de la finale espérée.

Publicité