Murat Yakin est un entraîneur qui chérit la flexibilité, la surprise, le contre-pied, de telle façon qu’il est ardu de prédire le onze de départ de l’équipe de Suisse ce samedi au Stade de Genève contre l’Irlande du Nord (20h45). Mais il est un problème que l’ancien défenseur se serait bien passé de résoudre pour ses débuts dans le rôle de sélectionneur: l’absence de Granit Xhaka.

Comme son prédécesseur Vladimir Petkovic, il aurait sans hésiter fait du milieu de terrain d’Arsenal son capitaine, et le catalyseur de son projet de jeu. Mais l’intéressé s’est fait rattraper par le Covid-19 en septembre, à quelques heures d’un amical contre la Grèce, dans la foulée duquel il manquait les rencontres – officielles celles-ci – contre l’Italie et l’Irlande du Nord. A peine débarrassé du virus, Xhaka se blessait contre Tottenham le 26 septembre. Un souci au niveau du ligament collatéral médial du genou droit. Une absence de trois mois.

Quinze matchs «sans»

Cela signifie qu’il ne jouera plus pour la Nati en 2021. Il faudra faire sans lui contre l’Irlande du Nord, la Lituanie (mardi), l’Italie (le 12 novembre) et la Bulgarie (trois jours plus tard), les quatre matchs qui restent à disputer dans le groupe C des éliminatoires vers la Coupe du monde 2022. La première place est directement qualificative, la deuxième synonyme de périlleux barrages prévus au mois de mars. Là, si tout va bien, Murat Yakin pourra compter sur son capitaine.

Au minimum, Granit Xhaka – qui était déjà suspendu lors du quart de finale de l’Euro contre l’Espagne – aura raté huit rencontres consécutives. Avant cette période d’absence, il n’en avait jamais manqué plus de deux de suite. Depuis le 4 juin 2011, quand Ottmar Hitzfeld lui offrit sa première sélection – et sa première titularisation - à l’âge de 18 ans contre l’Angleterre, le champion du monde M17 a joué 98 fois pour la Suisse. En dix ans, seuls 15 matchs se sont déroulés sans lui. Quelques pépins physiques. Trois parties sur le banc. Contre Chypre, le Liechtenstein et Saint-Marin.

Lire aussi: Yann Sommer, la perfection est un joli défaut

C’est toute une génération d’internationaux qui a été habituée à jouer autour de lui. C’est peu dire que ses coéquipiers mesurent le poids de son absence. «Granit a une telle qualité de football qu’il peut changer le cours d’un match à lui tout seul, estime le gardien Yann Sommer. Il prend une grosse part de responsabilité dans le jeu. Il décide si l’on accélère, si l’on temporise. C’est notre chef d’orchestre.»

Un autre registre

Pour ceux à qui il offre des relais et des solutions jusque dans les situations les plus chaudes, il représente une forme d’assurance tous risques. «Tu sais que tu peux lui passer le ballon en toutes circonstances, valide le latéral Kevin Mbabu. Il y a 98% de chance pour qu’il ne le perde pas. C’est un coffre-fort: ce que tu lui confies, il le garde précieusement.» Le profil est rare. Le Genevois de Wolfsburg cherche dans ses souvenirs de terrain un autre joueur qui lui ait fait pareille impression de sécurité. «Peut-être Yohan Cabaye [48 sélections en équipe de France], que j’ai côtoyé à Newcastle, dans ses meilleures années… Voilà, il y a quelques joueurs comme ça. Mais pas beaucoup.»

Alors comment compenser son absence? Sur le terrain, l’axe sera occupé par deux joueurs à choisir entre Remo Freuler (Atalanta Bergame), Denis Zakaria (Borussia Mönchengladbach) et – beaucoup moins vraisemblablement – Djibril Sow (Eintracht Francfort). Tous ont leurs propres qualités, un statut de titulaire dans un grand championnat et une envie légitime de s’imposer au sein de l’équipe de Suisse. Mais aussi une forme de retenue à l’affirmer, tant il est difficile d’évoluer dans le même registre que Granit Xhaka.

En conférence de presse, Murat Yakin n’en a d’ailleurs pas fait mystère: «Ce n’est pas un joueur qui va le remplacer individuellement, ce sera une affaire collective. Chacun devra assumer une part de responsabilité.» Il y va d’une victoire attendue et espérée, sinon nécessaire, contre une équipe nord-irlandaise difficile à manœuvrer. La Suisse ne lui a marqué qu’un seul but en trois confrontations récentes. Un penalty.