Howard Webb, Felix Brych, Cüneyt Çakir, Viktor Kassai: quatre arbitres en point de mire, pour avoir joyeusement cartonné lors des demi-finales de la Ligue des champions. Résultat: outre John Terry (rouge direct à Barcelone), six titulaires des finalistes Bayern Munich et Chelsea, équitablement répartis, rateront le match au sommet du samedi 19 mai à l’Allianz Arena bavaroise, pour avoir écopé d’un deuxième jaune au cours des demi-finales retour.

Luiz Gustavo, David Alaba, Holger Badstuber (Bayern), Branislav Ivanovic, Ramires, Raul Meireles (Chelsea) n’auront ainsi que leurs yeux rougis pour admirer leurs camarades depuis les tribunes.

Jusqu’ici, pas de quoi hurler au loup, juste un argumentaire fait de bon sens populaire, du genre «ils n’avaient qu’à pas…». Là où l’histoire se gâte un brin, c’est quand on se souvient que la FIFA, grande prêtresse des joutes footballistiques planétaires, avait décidé, dès le Mondial sud-africain voici deux ans, de «poutzer» tous les cartons jaunes infligés (et donc reçus) de la phase de groupes aux quarts de finale inclus, précisément pour éviter ce qui se passe aujourd’hui au niveau des clubs européens, à savoir un duel ultime privé de moult vedettes que le public voudrait voir à l’œuvre.

L’UEFA, gardienne du ballon rond sur le Vieux Continent, a choisi d’imiter la FIFA lors de l’Euro 2012 qui débute en juin, mais pas en ce qui concerne la Ligue des champions! Distorsion, injustice, iniquité, et cetera. La semaine dernière, l’influente FIFPro (Fédération internationale des footballeurs professionnels) avait introduit une sorte de «recours en grâce» auprès de l’UEFA, dans le but de repêcher les six bannis qui, en somme, commirent des fautes ne méritant pas leur exclusion de la finale. L’un des directeurs de la FIFPro, Simon Barker, plaida: «L’infraction qui débouche sur un carton jaune ne saurait justifier une punition aussi sévère pour le fautif que manquer le match de sa vie.» Hier, l’UEFA a apporté sa réponse, négative, par la voix de Michael van Praag, membre du comité exécutif de l’instance sise à Nyon. En substance: «Nous confirmons que la disposition actuelle [non-suppression des cartons jaunes après les quarts de finale] restera en vigueur les trois prochaines années.» Quant à l’inégalité de traitement entre l’Euro 2012 et la Ligue: «Des règles diverses peuvent être appliquées au sein de différentes compétitions.» Y compris, manifestement, celle du «deux poids, deux mesures».