Swann Oberson a réalisé un des exploits suisses les plus inattendus de ces dernières années en remportant le titre mondial du 5 km en eau libre à Shanghai. La Genevoise a émergé au sprint pour décrocher le premier titre mondial de l’histoire de la natation helvétique.

Disciplines assez récentes, les courses en eau libre n’ont pas encore la réputation des épreuves en bassin mais leur niveau est en hausse constante. Depuis sa victoire en Coupe du monde l’automne dernier à Dubai, Swann Oberson s’était convaincue de son potentiel, mais pas au point de se voir sur la plus haute marche du podium à Shanghai.

«C’est incroyable, beaucoup de monde était stupéfait ici», a-t-elle confié au téléphone. «Le fait d’avoir décroché ma qualification olympique trois jours plus tôt sur le 10 km (9e) m’a totalement libérée. J’ai nagé relax, on est arrivé au départ avec mon team tout tranquillement. Je me sentais parfaitement reposée dans ma tête», a expliqué la star du jour.

Première

L’effet de surprise a été total: «Beaucoup de gens ici, parmi les suiveurs du circuit, ont trouvé sympa qu’une Suissesse s’impose. Cela change des Américaines ou des Australiennes.»

Swann Oberson a réalisé une course tactique parfaite, restant longtemps dans le sillage des meneuses pour surgir dans le dernier kilomètre et se montrer la plus forte dans le sprint final à trois. Elle s’impose en 1h00’39’’7, quatre dixièmes devant la Française Aurélie Müller et cinq devant l’Américaine Ashley Grace Twichell.

C’est le premier titre de l’histoire de la natation helvétique depuis l’introduction des Mondiaux en 1973. Il y avait déjà eu cinq podiums mais jamais l’or, le dernier en 2007 avec l’argent de Flavia Rigamonti sur 1500 m. C’est aussi le premier podium en eau libre.

Dommage pour Swann Oberson que le 5 km ne soit pas discipline olympique (seul le 10 km l’est). Mais a priori, ses chances apparaissent tout aussi bonnes sur le 10 km pour les JO de Londres. Contrairement à Oberson qui a disputé les deux distances, les trois premières du 10 km n’ont pas nagé le 5 km à Shanghai. Les grandes nations avaient sélectionné d’autres nageuses.

Gros efforts

Swann Oberson est récompensée de ses efforts consentis depuis un an. Elle a rejoint un groupe d’entraînement professionnel à Würzburg, en Bavière, où elle se prépare à raison d’une dizaine de kilomètres par jour aux côtés notamment du multiple champion du monde Thomas Lurz, sous les ordres du frère de ce dernier, Stefan Lurz. Souvent, la Genevoise tient la dragée haute aux garçons à l’entraînement. Elle confirme enfin au plus haut niveau tout le potentiel que son coach lui prêtait, et la justesse de choix de quitter les bassins pour se consacrer à l’«open water».

L’ondine de l’ES Genève, qui aura 25 ans dans quelques jours, adore nager dans des eaux très tempérées. Les conditions du bassin chinois, avec une eau proche des 30 degrés, lui convenaient à merveille.

Swann Oberson poursuivra son programme avec une compétition à Londres à la mi-août, sur le parcours des Jeux, puis deux épreuves de Coupe du monde au début de l’automne. Octobre sera consacré à la régénération, avant la reprise de l’entraînement intensif en novembre en vue des Jeux.