Au carrefour des vestiaires, du players' lounge et du tunnel d’accès menant au court, le bureau du directeur du tournoi, dans les sous-sols de la Rod Laver Arena, est le centre névralgique de l’Open d’Australie. La porte toujours ouverte et les baies vitrées permettent de constater que Monsieur le directeur n’est pas souvent là. Sur le bureau, deux énormes bols translucides remplis l’un d’oursons en gélatine, l’autre de barres chocolatées, devant lesquels de grands champions régressent en post-ados qu’ils sont encore pour la plupart.

Lire également: A l'Open d'Autralie, des joueurs très bien servis