Les amateurs de tennis ont grogné ce week-end. La Télévision suisse romande avait fait le choix de ne pas diffuser les matchs du premier tour de la Coupe Davis. Cette décision a suscité un tollé auprès des téléspectateurs et fait beaucoup de bruit dans les coulisses à Bucarest. Car pour voir le fantastique double de samedi et le simple de dimanche – et uniquement les dix dernières minutes –, les Suisses devaient se brancher sur la deuxième chaîne tessinoise (TSI2). Encore, faut-il l'avoir. C'est le cas des Genevois et des Lausannois, mais pas de tous les Romands.

Sachant que la Coupe Davis suscite un grand intérêt en Suisse romande et que cet enthousiasme s'est inévitablement accru avec le sacre de Roger Fédérer à Melbourne, la TSR a reçu de nombreuses plaintes de téléspectateurs frustrés. Pourtant, ce ne sont pas les moyens qui manquaient sur le terrain avec la présence à Bucarest d'un journaliste, d'un cameraman et d'un consultant.

Il y a deux raisons à ce choix malheureux, qui a, paraît-il, déclenché un vif débat au sein de la rédaction de la TSR. Tout d'abord, la chaîne romande est liée contractuellement – sponsor oblige – à la Coupe Skoda de hockey sur glace à Bâle et se doit ainsi de retransmettre tous les matchs en direct et dans leur intégralité. Et puis, il y a le lobby du ski qui est toujours aussi puissant indépendamment des résultats des concurrents helvétiques.