Australie

Le tennis décline le concept de la Ryder Cup

Team8, l’agence mise en place par Federer et son agent Tony Godsick, lancent la Laver Cup en partenariat avec la Fédération australienne et l’ancien joueur Jorge Paulo Lemann. Le concept: Europe contre reste du monde. Première édition en septembre 2017

L’Europe contre le reste du monde: tel est le concept de la Laver Cup, futur pendant tennistique - le poids de l’histoire en moins - de la célèbre Ryder Cup en golf. Une compétition itinérante de trois jours qui aura lieu chaque année au mois de septembre, à l’exception des années olympiques, à compter de 2017. Le principe: deux équipes de six joueurs s’affrontent pendant trois jours.

«Pendant 51 semaines par an, ces gars sont adversaires. Ne serait-il pas génial de voir ces rivaux devenir coéquipiers et avoir du plaisir à jouer les uns pour les autres sur la scène mondiale? C’est un concept unique, qui n’a rien à voir avec la Coupe Davis», explique Tony Godsick, agent de Roger Federer et patron de l’agence Team8, mise en place avec le Bâlois. Team8 («coéquipier» en anglais) est à l’origine du projet, qu’elle lance en partenariat avec la fédération Tennis Australia et Jorge Paul Lemann, ancien joueur de Coupe Davis pour la Suisse et le Brésil. «Nous avons commencé à y penser il y a deux ans, poursuit Tony Godsick. Nous cherchions à faire quelque chose pour honorer l’héritage de Rod Laver, le plus grand joueur de l’histoire. Et nous avons imaginé ce format de compétition.»

Référence assumée

Le choix du nom se veut clairement une référence à la Ryder Cup en golf, qui met aux prises l’Europe et les Etats-Unis. «L’objectif est vraiment de réunir les meilleurs joueurs de tennis européens et de les faire jouer contre les meilleurs du reste du monde. On voit avec le succès de la Ryder Cup que le concept a de l’avenir. Nous sommes persuadés que cela deviendra un rendez-vous incontournable du calendrier», précise encore Craig Tiley, le directeur de Tennis Australia.

Le calendrier, justement, est déjà chargé. Les joueurs s’en plaignent et avancent cet argument lorsqu’il s’agit de faire l’impasse sur la Coupe Davis. A ceux qui disent que cette compétition va venir l’alourdir encore, Tony Godsick, rétorque: «La Laver Cup ne dure que trois jours pendant lesquels chaque joueur disputera un match, deux au maximum. Nous sommes persuadés qu’il y a de la place pour ça dans le calendrier.»

Roger Federer ambassadeur?

Les organisateurs de cette future Laver Cup réfutent aussi l’idée d’un évènement qui pourrait faire de l’ombre à la Coupe Davis. «L’Australie est une des plus grandes nations de l’histoire de la Coupe Davis. Nous ne ferions jamais quelque chose qui puisse lui faire du mal. Nous voulons disputer et gagner la Coupe Davis», insiste Stephen Healy, président de Tennis Australia. Rod Laver, quintuple vainqueur de la Coupe Davis, se dit honoré de voir ce nouvel évènement porter son nom. Lui non plus n’y voit pas une offense au Saladier d’argent. «La Coupe Davis est vraiment est une compétition entre deux pays. Là, c’est uniquement l’Europe contre le reste du monde avec, j’espère, les meilleurs joueurs.» Aucun nom n’est encore avancé mais on peut légitimement imaginer que Roger Federer sera du voyage. Quel meilleur ambassadeur que cette icône mondiale du tennis pour cette Laver Cup?

Le lieu et les dates exacts seront dévoilés ultérieurement. «Nous sommes actuellement en discussion avec plusieurs villes dans le monde, souffle encore Godsick. Mais nous ne savons pas encore où aura lieu la première édition. Nous visons essentiellement des grandes villes où le tennis n’est pas encore implanté. Le but étant de participer au développement de ce sport.» Pour le reste, aucun point ne sera attribué aux joueurs et les prize money seront paraît-il conséquents. Une exhibition pour l’Histoire, en quelque sorte.

Publicité