Le Danois Christian Eriksen, victime d'un malaise samedi, s'est effondré à la 43e minute du match Danemark-Finlande, entraînant l'interruption immédiate de cette rencontre de l'Euro 2020. Pris en charge sur la pelouse par les secouristes, Eriksen fut ensuite conduit au Rigshospitalet de Copenhague, quittant le terrain sur une civière, protégé des regards par ses coéquipiers qui l'entouraient. A 20h, la fédération danoise de football (DBU) a confirmé que son joueur était «conscient» et «dans un état stable» et que le match allait reprendre à 20h30.

Les Danois sont donc revenus pour s'échauffer, visiblement très marqués, et applaudis par les joueurs finlandais. Les deux équipes ont joué les quatre minutes restantes avant la mi-temps puis, après une pause raccourcie, l'intégralité de la seconde mi-temps. Favori avant la rencontre, le Danemark s'est laissé surprendre sur une tête piquée de l'attaquant Joel Pohjanpalo (60e). Devant son public, le champion d'Europe 1992 a poussé pour égaliser mais a manqué un pénalty par Pierre-Emile Hojbjerg, dont le tir un peu mou a été stoppé par le gardien Lukas Hradecky (74e).

Pour sa première participation à une phase finale d'une grande compétition internationale, la Finlande a remporté un succès historique. Mais ce n'est malheureusement pas pour cela que ce match restera dans les mémoires.

Les bons gestes rapidement

Christian Eriksen, qui a 29 ans, s'est écroulé subitement sur le terrain alors qu'un de ses coéquipiers s'apprêtait à lui donner le ballon sur une remise en touche. Courant à faible allure, Eriksen a trébuché puis est tombé lourdement en avant. En l'absence de contact avec un adversaire et de gestes réflexes de protection, ses coéquipiers et l'arbitre comprirent immédiatement qu'il se passait quelque chose de grave.

Le match fut immédiatement interrompu, son coéquipier Simon Kjaer le plaça en position latérale de sécurité (PLS) et des secouristes commencèrent à lui prodiguer un massage cardiaque moins de 90 secondes après son malaise. L'équipe médicale s'affaira longtemps autour du joueur, alors que ses coéquipiers se placèrent en cercle afin de le protéger des regards. Puis Eriksen fut sorti du terrain sur une civière, visiblement muni d'un masque à oxygène, et l'arbitre renvoya tout le monde aux vestiaires. Dans les tribunes, les supporters des deux équipes scandaient le nom du Danois.

Très vite, et en l'absence de nouvelles, des messages de soutien du monde entier affluèrent sur les réseaux sociaux. En Italie, où Eriksen a remporté cette saison la Serie A avec son club de l'Inter Milan, la Lega lui a apporté son soutien sur Twitter avec le message «Forza» (Courage). «Courage Chris, toutes nos pensées sont avec toi», a tweeté l'Inter, imité très vite par des stars du football comme le Croate Luka Modric ou encore le Real Madrid.

De tristes souvenirs

A Saint-Pétersbourg, où devait débuter à 21h l'autre rencontre du groupe B entre la Russie et la Belgique, l'attaquant belge Romelu Lukaku dédia le premier but de la rencontre à son coéquipier à l'Inter. «I love you, Chris», vint dire distinctement Lukaku face à une caméra après l'ouverture du score. L'équipe de Belgique compte plusieurs partenaires ou anciens partenaires en club d'Eriksen. Selon leur sélectionneur Roberto Martinez, interrogé par la RTBF, tous se disaient «très émus» mais prêts à jouer.

Les nouvelles assez vite rassurantes de l'état de santé d'Eriksen soulagea le monde du football, qui est régulièrement confronté à des scènes similaires, sur les terrains amateurs comme au niveau professionnel. La Coupe des confédérations 2003 avait été endeuillée par le décès du footballeur camerounais Marc-Vivien Foé (28 ans) à Lyon des suites d'un malaise survenu sur le terrain lors de la demi-finale contre la Colombie. Selon l'autopsie, il souffrait d'une malformation cardiaque.

Nos derniers articles sur l'Euro