Football

Le Thaïlandais qui a séduit l’Angleterre

Le décès du président de Leicester City Vichai Srivaddhanaprabha suite à un accident d’hélicoptère a provoqué une vague d’émotion à la hauteur d’une popularité qui le distinguait de la plupart des «nouveaux» propriétaires de club

Vichai Srivaddhanaprabha aurait eu les moyens de toutes les extravagances, mais le président thaïlandais de Leicester City ne s’en autorisait en public qu’une seule: il venait soutenir son équipe à domicile en hélicoptère. Le fondateur du groupe King Power, spécialisé dans les boutiques de duty free, se faisait déposer au milieu de la pelouse, d’où il repartait également à la fin du match. Cette habitude lui a coûté la vie samedi, après un match nul 1-1 de ses «Foxes» contre West Ham, lorsque son appareil s’est écrasé sur un parking réservé aux employés du club, causant la mort de ses cinq occupants.

Lire aussi: Le président du club de foot de Leicester City tué dans le crash de son hélicoptère

L’émotion a rapidement gagné le monde du football dans son ensemble, avec des messages de condoléances de nombreuses personnalités et institutions. Les hommages les plus chaleureux ont été rendus par les stars de l’équipe. «Je peine à trouver les bons mots… Mais pour moi, vous êtes une légende, un homme incroyable, [celui] qui avait le plus grand cœur, l’âme de Leicester City», a écrit sur Instagram l’attaquant international Jamie Vardy, appuyé par un message de son coéquipier Harry Maguire saluant un «grand homme», «bon et aimant», qui «manquera tant à tout le monde».

Bières offertes

Beaucoup de Thaïlandais aiment le foot anglais. Ce Thaïlandais s’est fait aimer du foot anglais. Depuis quelques années, de plus en plus de clubs de football sont rachetés par des hommes d’affaires étrangers, mais au-delà des millions injectés et des résultats obtenus, beaucoup échouent à gagner le cœur des supporters comme Vichai Srivaddhanaprabha. Il y est parvenu en offrant des bières aux spectateurs à l’occasion de son anniversaire en avril, en gelant le prix des abonnements au stade depuis des années, en s’engageant dans des œuvres caritatives locales et, surtout, en écrivant le plus beau chapitre de l’histoire du club, lorsque Leicester City a remporté le championnat de Premier League en 2016.

En devançant les deux équipes de Manchester, Arsenal et Liverpool, le petit club des Midlands a donné l’impression de rejouer David contre Goliath. C’était faire peu de cas de l’envergure financière de son propriétaire, cinquième fortune de Thaïlande en 2018 avec ses 5,1 milliards de dollars selon Forbes. Mais l’homme était aussi impliqué que discret, aussi populaire que, finalement, peu connu du grand public.

Bien avant de se voir attribuer le nom prestigieux de Srivaddhanaprabha par le roi de Thaïlande en 2013, Vichai Raksriaksorn a commencé à construire son empire en ouvrant un magasin duty free au centre de Bangkok en 1989. Il est entré dans la cour des grands en 2006, lorsque King Power a décroché la concession pour les boutiques d’articles hors taxe du nouvel aéroport de la ville, Suvarnabhumi. Cela a permis à ce bouddhiste fervent d’investir dans le polo (il a été propriétaire de deux clubs, à Bangkok et à Londres) et le football, via le rachat de Leicester City alors en deuxième division anglaise en 2010 puis celui de Louvain (Belgique) en 2017.

L’héritage

Avec son décès se pose la question de sa succession. Tant sur le plan des affaires que du sport, Vichai Srivaddhanaprabha a posé les bases d’une dynastie familiale. Ses quatre enfants, deux filles et deux garçons tous trentenaires, font partie du comité exécutif de King Power, tandis que le plus jeune d’entre eux, Aiyawatt, surnommé «Top», occupe déjà à 32 ans la fonction de vice-président de Leicester City. Mais certains observateurs estiment que le réseau patiemment constitué par le père risque de faire défaut à ses héritiers, notamment lorsqu’il s’agira de renégocier, tout prochainement, l’accord de monopole sur les duty free des deux grands aéroports de Bangkok.

En attendant, Vichai Srivaddhanaprabha laisse en héritage une success-story inspirante dans le milieu si concurrentiel du football anglais. Deux hommes d’affaires thaïlandais sont en train d’essayer de la reproduire. Dejphon Chansiri a pris le contrôle de Sheffield Wednesday en Championship (deuxième division) en 2015. Sumrith «Tiger» Thanakarnjanasuth est devenu propriétaire d’Oxford United en League One (troisième division) en février dernier.

Publicité