La question a commencé à poindre autour du troisième épisode, et n’a cessé de démanger par la suite, faute de réponse satisfaisante. Pourquoi? Au fil des matchs et des témoignages, on voyait assez clairement que Michael Jordan était un compétiteur compulsif, un obsédé de la victoire, un parieur maladif, un tyran, voire même «un sacré connard» selon pas mal de ses anciens équipiers. Sans jamais comprendre pourquoi.