L’expérience. Elle fait si souvent la différence. L’expérience. Thomas Berdych aurait bien voulu en posséder un zeste lundi après-midi à l’heure de fouler le court de l’immense «O2» pour un match sonnant comme un grand oral. Pour une entame de tournoi face au numéro trois mondial. Les papillons lui démangeant trop l’estomac, comme disent si joliment les Anglais, le grand Tchèque est tombé 6-3 6-3 face à Novak Djokovic.

Pour sa première participation au cénacle tennistique de fin d’année, le finaliste de Wimbledon est tombé dans le piège du bizuth. Trop nerveux, il s’est fait cueillir à froid en se faisant breaker d’entrée de jeu après avoir commis deux doubles fautes. «Si je vous disais que je n’ai pas ressenti de pression en arrivant sur le court, ce serait mentir. Comme vous avez pu le constater elle était bien présente au début du match et a affecté mon jeu», concédait-il penaud à l’issue de la partie. «C’est ma première fois, mon premier match, cela s’est ressenti dans le premier jeu.» Berdych n’a pu que constater la difficulté de l’exercice du Masters avec des rencontres ayant toute un goût de finale. «Ne pas avoir les premiers tours pour se mettre dans le bain et se retrouver toute de suite face aux meilleurs, c’est quelque chose de très différent. Les autres ont tous connu ça au moins une fois et savent comment le gérer. Cela fait partie des choses que tu dois apprendre en tant que joueur du top ten.»

Djokovic à l’aise

Son bourreau du jour a reconnu que l’habit de novice de son adversaire l’avait rendu plus tendre: «Quand on fait sa première apparition à un tel événement, c’est difficile de gérer la pression et les attentes. Cela se voyait à son jeu qu’il était nerveux.» Lui, en revanche, n’a pas dérogé à son rang. Faisant aisément respecter la hiérarchie, Novak Djokovic n’a pas connu la peur du débutant. Juste un stress passager quand il a vu Diego Maradona débarquer dans son box. Le Pibe, passionné de tennis, passe toute la semaine à l’«O2» pour soutenir le Serbe dont il admire le jeu. «J’espère qu’il sera mon porte-bonheur», a soufflé Djoko qui affrontera mercredi le vainqueur du match Nadal-Roddick.